Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

DSC04674-copie-1.JPG

Pour le coup il reste pas mal d'appâts que je vais m'employer à distiller dans le mer ce samedi soir, mais il reste dans l'escarcelle des surprises un atout que je ne peut pas connaître car tout simplement l'aventure, à moins d'être devin, reste à venir. Les beaux poissons sont peut être de sortie avec ce beau temps et je vais m'employer à trouver ces beaux cocos à un détail près et pas des moindres les sars juvéniles qui vont être privés de gonzesses vont aller se venger sur tout ce qui bouge dans l'eau. Si vous ne saviez pas encore, la saison de reproduction des sparidés commence à ces périodes selon le temps, c'est le bon moment de l'année pour tester le no kill sur ces poissons qui je le rapelle sont les gros sars de demain.

Je part de bonne heures dans mes calanques de Sormiou afin d'être en poste d'assez bonne heure pour prendre quelques photos de paysage pour mon ami Marco. Je me sent presque seul au monde dans ces coins qui sont souvent le théâtre du bal des poissons, mis à part le cordon processionnaire impressionnant des marcheurs qui vadrouillent comme des goules dans les entiers sinueux des calanques, y'a pas à dire, je suis bien...

les calanques, le mot est dit:

Ceux qui n'avaient pas cru nos craintes de voir ce bel édifice se transformer en aquarium se trompaient, les calanques sont fermées à toutes les pêches ça est là de port Miou à Marseilleveyre mi Avril. C'est officiel et rien ne peut plus changer. oui oui vous avez bien lu, tous les fanas, les crados, les pêcheurs de calmars, les addicts vont devoir trouver une solution pour pêcher ailleurs que dans les calanques car pour le moins elles seront fermées à la pêche car la boucle est bouclée.

Pour résumer un peu, le GIP s'est servi à juste titre d'un décret ancien qui a pour but de protection des valeurs naturelles ou historique contre la construction humaine dans des lieux remarquables et à plus forte raison contre les promoteur. Hé oui, nous allons être privé de plusieurs spots de pêche à cause de querelles politiques sur le partage d'un gâteau qui sent bon les millions d'euros...Après on peut faire croire aux gens que c'est un enjeux crucial pour la survie de la faune sous marine, que c'est notre devoir de transmettre un patrimoine à nos gosses comme si les quatre pêcheurs amateurs qui ont le courage de s'y rendre en sont pour une part, mais le vrai enjeu, lui, c'est bien le le pognon et la politique car les poissons ils s'en tapent les couilles comme pas possible. D'ailleurs vous allez sur le site de marsactu.fr et vous allez vous faire une idée de la pantalonnade qui est mis sur la place publique. 

C'est aussi pour cela que je me rend autant sur ces roches que le pouvoir risque de me confisquer d'ici peu, la nature que je respecte au plus haut point ne semble pourtant pas m'entendre. Elle est là, passive comme une sirène au corps doux, ses roches tendres abritent une multitude de petites vies qui ne seront peut être jamais découvertes et c'est peut être tant mieux. Pour l"heure je suis fin prêt à lancer mes espoirs dans l'inconnu des eaux, que cela va t'il faire resurgir soudainement ? Un gros sar, un pagre, un denti peut être...Voilà ce que je vient chercher, du rêve en barre même si rarement il accède à mes désirs les plus féroces malgré mes efforts certains.

DSC04776

Pour connaître la assez précisément où se trouve le poisson il faut réfléchir concrètement, le poisson est soit loin, soit moins loin et parfois sous nos pieds ce qui met en action en une seule fois plusieurs modes de pêche. La première canne reçoit cent vingt grammes de plomb dans la ligne ce qui va me permettre avec le recul derrière moi d'atteindre assez facilement les quatre vingt mètres ce qui est largement suffisant vu le fond. La seconde prends soixante grammes toujours sur des bas de lignes longs, ce qui me permettra de jouer sur une distance bien moindre, bien que...Ma troisième va jouer sans plomb au raz des roches qui s'enfoncent rapidement dans les failles, d'ailleurs par expérience c'est presque toujours ainsi que les plus beaux spécimens à la recherche de petits invertébrés sont débusqués. La seule chose à ne pas faire c'est d'éclairer les watts de la frontale dans l'endroit où on pêche, il faut faire du mini sans bruit contre les roches, se positionner comme un chasseur traquant sa proie car faut pas prendre les poissons pour des cons, si la lumière virevolte dans l'eau et que le bruit devient une source d'inquiétude on peu passer à côté d'une belle surprise.

Voilà donc je suis en poste pour une partie de la nuit, mes cannes sont toutes envoyées avec un panaché d'appâts et je suis enfin bien calé dans une faille avec ma première savoureuse clope au bec. J'ai un peu de temps pour regarder mon entourage pendant que la nuit gagne du terrain sur cette partie de la planete. Ha tient les premières frontales passent sur les crêtes au dessus de ma tête, ce sont des randonneurs qui rentrent par les chemins de rocailles, moi qui pensait être seul ici c'est loupé. Quelques instants plus tard une troupe bien plus bruyante dévale une pente en direction du port pourtant loin, tient mais dis donc c'est étrange tout ce monde qui circule après la tombée de la nuit ici, en plus je remarque que certains ont des gosses n'ont pas de lumières pour se guider et vu le coin c'est presque du suicide car le moindre faux pas et c'est la grande descente, bon on se débarrasse de ses gosses comme on peu....

DSC04767

Ha tient c'est la première touche sympa sur la canne de droite avec petit départ de frein. Inutile d'attendre c'est pas une daurade qui mordille mon bibi ( sans jeu de mot) je profite d'une poussée vers le bas pour ferrer et remonter ce poisson. Quelques instants pour voir une tache briller dans la pénombre, ce n'est pas le poisson de l'année mais au moins je sent qu'il y a pas mal de vie sous l'eau et ça, ça vaut de l'or...

DSC04788

Nous on appelle ça "un bel oeil" beau yeux, bogue ravelle souvent confondue avec le pageot par méconnaissance, en tout les cas c'est le retour à l'eau sans trop de dommages pour lui, si il savait le bol qu'il a d'être tombé sur moi ça lui ferait chaud aux fesses. Quelques instants plus tard c'est une belle touche sans départ de frein mais peu s'en est fallu, je remonte la bête qui me semble au moins aussi grosse que la bête ci-dessus, c'est , c'est...

DSC04791

Ho putain c'est un sar qui fait au moins cent grammes et qui pourtant  a avalé un double zéro !!! Je n'ose pas lui retirer de la bouche tellement ça me ferait trembler pour lui, je vais couper le fil  et le renvoyer chez papa illico presto car il est vif au possible. Oulalalalala, un deuxième, un autre, un autre tous de la même taille, je suis tombé dans un nid à petit sars et là du coup je ne sait plus quoi faire vu que les trois cannes ont pris ce genre de gros poissons. J'ai pas plus gros que du 3/0 que faire ?

DSC04783

Mais pendant que je bricole un truc pour déjouer les plans des petits sars une touche au raz des roches beaucoup plus appuyée que les autres m'interpelle car il faut bien le dire au plus la taille augmente au plus la touches est grosse. C'est pas comme la daurade où c'est plutôt l'inverse, si tu as une petite touche c'est là qu'il faut se méfier. La roche c'est simple, grosse touche , gros poisson point... Bon en attendant le frein part d'un coup ce qui me contraint à abandonner ce que je fait pour galoper vers ma canne pliée en deux car même bien accroché un sar ne tarde pas à se mettre à trou vite fait donc là j'ai pas le temps. Wouaouuuu, au ferrage je me rend compte que j'ai un client tout à fait honorable qui part furieusement vers le bas, howwwwww je me demande même si c'est un sar au vu des coups de têtes qu'il me donne dans la canne. Malheureusement je ne peut pas faire autrement que d'éclairer la zone ne serais-ce que pour trouver le salabre car dans la nuit noire un salabre noir c'est pas ce qui se fait de mieux pour être visible, d'ailleurs à méditer tout ça. A la surface il me fait une misère pas possible car je pense que je l'ai remonté trop vite, sa réserve d'énergie il l'a libère au bord des roches là où c'est le plus risqué pour moi et splashhh, et resplashhhhhhh et reresplashhhh qui me signale que la  poisson est bien dodu et qu'il ne se donnera pas comme une algue morte. J'ai pas trente six solutions, je lui donne un peu de mou qui va lui faire reprendre illico le large là où il y a le plus de fonds pour qu'il se fatigue plus vite et à peine ai-je pensé cela qu'il remonte quasi foutu à la surface faisant quelques ondulations ventrales me laissant tout le loisir de le salabrer d'un bras. Y'a pas à dire la pêche au raz des roches c'est le pied, je me demande pourquoi je met encore du plomb sur mes lignes, ha mince il est magnifique je le prendrait en photo tout à l'heure...

Bon voilà j'ai grillé le coin avec ma frontale de 90 lumens mais tant pis j'ai pris le poisson que j'étais venu chercher je n'en demande pas plus, vu la saison même si je n'ai plus de touches mon affaire est faite.

Je m'installe confortablement avec ma bière et une bonne cigarette sur une pierre creuse un peu plus haut dans les herbes pour observer tout ce qu'il est possible de voir, ou impossible de voir quand on pêche sérieusement. Le vent est totalement absent ce qui donne à la mer un air de velours qui s'étend sur des milliers de kilomètres reflétant les quelques lumières venant du ciel comme un dans un miroir. Y'a pas à dire là je suis bien en rabattant le col de la veste sur le cou comme pour m'assoupir un peu, j'ai besoin de ces moments où rien ne se passe, mon esprit peu enfin se lâcher dans des couloirs vidant des occupants mal intentionnés.

Bi Bip. C'est le son de la montre qui m'indique que c'est minuit, ma foi je n'ai pas eu de touche de plus mais je commence à m'endormir un peu, je pense que c'est l'heure de rentrer. Je fait une dernière photo du sar et je file... Du coup à force de ranger toutes les trucs qui traînent j'ai oublié de faire la photo du sar en repliant les affaires car l'appareil est au fond du gros sac à dos mais bon je me suis rattrapé en la faisant juste avant de le cuire...

DSC04497

C'est une belle bête du kilo bien sonné, pas si mal pour un mois de Février non ?

Ainsi va s'achever cette aventure, je vais rentrer lentement escorté par quelques pêcheurs qui rentrent aussi comme moi. Ben dis donc moi qui me croyais seul dans les calanques je me rends compte que c'est une armée de cocos qui vadrouillent ici. Pour en avoir le coeur net je vais brancher un de deux groupes avancent à pas réduits devant moi, dans le lot il y a des fifilles qui n'ont pas du tout l'air d'être heureuse de se retrouver ici en pleine nuit, la discute commence:

-"Salut les gars, vous avez pris du poissons un peu ou quoi ?"

Lance-je assez curieux de savoir comment une troupe de débutants ont choisi des calanques aussi difficiles d'accès.

-"Oui on a bien pêché des poissons brillants avec une grosse tache noire à la queue et on en a pris huit en tout et avec ça on va faire une bonne soupe de poisson".

Ourggg, une soupe avec des oblades...Ben je leur souhaite bien du plaisir à ces jeunes gens qui manifestement ont atterri dans ce coin un peu par hasard poussés par le vent de l'aventure, j'ai pas eu le coeur à leur montrer mon sar.

Je tourne la clé dans la serrure de la portière quand le jeune gars m'interpelle et me demande si j'ai pas une un pince à lui prêter. Il a son véhicule à côté de moi qui est en panne, vous savez le Van de scoubidou repeint avec de grosses fleurs des années 70. Pour faire court, les cosses de la batterie qui a été déplacée sous le siège du conducteur ont salement morflé mais avec mes quelques outils ils pourrons repartir. J'ai dû débrancher la glacière électrique, le chauffe biberon, quelques lumières, un klaxon additif, la prise pour un ordinateur et d'autres branchement très hasardeux dont je ne sait pas quelles étaient leur destination. Pour autant une fois les pinces mises sur les bornes la machine est repartie tant bien que mal, j'ai rangé mes quelques pauvres outils dans le coffre et après quelques remerciements j'ai repris la route vers la maison...


Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog