Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

Aujourd'hui le pêche se démocratise largement grâce aux techniques de fabrication qui évoluent sans cesse et qui peuvent ouvrir à tous une activité saine à moindre frais ce qui n'étais pas toujours possible il y a une vingtaine d'années. La pêche est depuis la nuit des temps un moyen extraordinaire de transmettre un patrimoine de connaissance à son entourage, le vent, les courants, la nature qui nous entoure sont des moyens extraordinaire de faire entrer en beauté dans le vif du sujet pour se nourrir. La faune qui mérite pourtant le respect est malheureusement la cible de nombreuses convoitises qui procure une importante source financière à des professionnels ou braconniers qui aujourd'hui sont pointés du doigt par toutes institutions qui pratiquent la mer. Cet or bleu se vide rapidement de ses poissons tellement la pression infernale des filets est importante, nous pouvons tous voir aux abords des roches, le long des plages, dans les frayères la présence de filets et ce n'est pas pour le respect de la nature qu'ils sont là, c'est bien pour prendre des poissons à grande échelle.

Telle fut ma surprise en arrivant sur mon poste dans les lointaines calanques de Marseille, quand je découvre un énorme barrage à poissons qui est installé, il y en a de partout qui quadrillent les zones du fond jusqu'au ras de l'eau et même si au bout du compte il n'y aura pas le carnage tant attendu par les poseurs de nylons maillés ce sera un vrai miracle pour moi si j'arrive à prendre quelque chose. Tant pis, je suis trop loin de la voiture pour aller rechercher un autre coin je vais donc rester ici...

DSC04842

J'installe rapidement mes quatre cannes, j'ai calculé plusieurs façon de pêcher qui vont m'indiquer la possible présence des poissons car on ne sait pas toujours sur quels niveaux les cocos se situent, les sars sont souvent entre deux eaux à la recherche de je ne sait quoi, envoyer sa ligne au fond vous fait passer à côté de la pêche. Seulement voilà pêcher à la crevette entre deux couches vous offre toutes les conditions pour faire une bonne pêche de bogues, dans ce coin en plus elles sont carrément énormes qui mêlé aux oblades fini par vous lasser de recevoir des éclaboussures de fientes sur la veste. Bon voilà je sait que pêcher au toc maintenant ne va pas me rapporter du beau je vais donc caler un peu plus profond mes trois autres lignes, ha le tel qui sonne !!!

Mon copain le pêcheur des calanques tante de me faire l'historique de sa pêche aux Embiez mais les flux magnétiques qui lient les portables entre eux ont du mal à passer ici, donc notre conversation va être par épisode mais j'ai compris que ça n'a pas été très bon, bon, tant pis... De mon côté mis à part des poissons que je ne convoite pas en ces périodes c'est plutôt calme, mais quand même et malgré la présence de nombreux filets dévastateurs j'ai pas mal de touches seulement voilà, c'est des touches uniques, sans suite. Pourtant une chose m'interpelle, un poisson qui tire sur la ligne au point de faire tourner le frein du moulinet quelques tour mais qui ne se pique pas, que cela peut t'il être ? La réponse à cet instant est bien difficile à trouver car on est pris dans le flot de ses espoirs, mais avec du recul on peut imaginer une horde de petits sars qui vadrouillent pour tromper leur interdiction par le mâles dominants à se reproduire.

DSC04858

Quand on a la volonté de s'écarter un peu du tourbillon de la ville pour se retrouver dans des lieux isolés où le monde est silencieux on peut penser un peu... penser à tout et faire le vide dans la mémoire sur tout ce qui nous embarrasse. On pense  à des choses plus concrètes qui sont mon sujet de ce soir. Normalement les plus gros poissons se trouvent dans des lieux reculés car il y a moins de présence humaine pour les déranger mais à croire ce que je voit ce soir, il y a plus de filets ici que dans toute la baie de Cassis. C'est une honte, une massacre programmé, un pistolet braqué entre les deux yeux, les pros font tout ce qu'il faut pour vider la mer et moi je fini par vouloir que tout soit fermé à tout le monde pour que vive un peu ces pauvres poisssons. J'ai presque envie de me casser tellement ces lieux remarquables sont pillés de toutes les ressources qui ont fait la joie de mon enfance avec mon père par le passé.

Je remonte la première ligne qui n'a pas eu de touche et je sent un truc très lourd dessus, je pense immédiatement à un gros poulpe qui s'est pris sur mon bibi car il n'y a pas de coups de têtes qui pourrais faire penser à un poisson. Au plus je remonte et au plus la pression augmente, je ne suis pas loin de la rupture du 25 centièmes quand Je peut voir accroché sur ma ligne une autre ligne plus grossière qui se tend comme une corde d'arc. Tu parles, j'ai pris un palangre avec l'hameçon et tout le montage remonte des fonds comme un fantôme des fonds...En plus des filets il y a des palangres ? Non là je suis au bout de mes possibilités et je ne souhaite plus rester malgré la marche phénoménale, les embouteillages pour arriver et la chance de pouvoir me libérer un peu plus tôt, je suis dégouté... Je remballe tout est je vais ailleurs.

En rebroussant chemin je vais me positionner dans la calanque qui je pense ne va pas immédiatement m'offrir une large palette de poissons, mais bon j'ai quelques heures à tuer et après tout pourquoi pas ? Je ne vais pas tout déplier mon armada, seule deux cannes vont aller chercher le poisson et l'attente commence avec une ligne mise au loin et une autre dans le courant sans plomb. Il est temps de casser la croûte car les choses que j'ai pu voir ont aiguisé un certain creux que je vais combler avec rage en ressassant tout ça et à l'article sur les enculés qui fusillent nos derniers postes. Ha, c'est enfin une belle touche qui est sur la canne sans plomb, hou là là il faut que je me grouille car je pêche au raz des roches et par expérience je sait que c'est là où les cachettes sont les plus nombreuses mon poisson va y aller rapidement.

DSC04864

la bataille fut brève mais intense et je vais sortir un joli sar qui sera le point d'orgue de ma soirée bien remplie.

Je n'aurais plu de touches de toute la soirée mais bon, ce n'est pas vraiment très grave car être cici c'est déjà pas mal. Il est minuit et je vais partir car il ne sert plus à rien de rester, mes écureuils pendant dans le vide sans vie, les poissons sont trop effrayés pour penser à se nourrir et moi je suis un peu dégoûté. Heureusement le plaisir de se rendre au bord de l'eau est plus fort que ces filets de merde, j'ai fait le plein d'énergie et ce sar va clôturer de sa vie de bien mauvaises choses...


Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog