Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

PTDC0008.JPG

Ce coup-ci c'est moi qui m'y colle, je profite du vent démoniaque pour tenter ma chance au même poste que mon ami la veille. Bon, y'a pas à dire, il faut être complètement cinglé pour faire tout cela avec ce temps. Le chemin est vraiment pourri au départ, il s'améliore un peu sur quelques kilomètres et devient carrément merdique à l'approche du finish. Pour ne rien gâcher ce gros vent empêche de jouer les équilibristes au moment le plus dangereux. Allé courage mon gars, tu n'as pas traversé Marseille à l'heure de pointe, déjoué les pièges des connards qui croient que la gineste et un circuit sans risques, déboursé 30 euros de bibis pour commencer à regretter. Je me motive comme je peut car avec ce vent de face il me semble qu'atteindre plus de quarante mètres relève de fantasme.

Arrive sur le poste tout ébourrifé c'est pire que prévu, j'ai le vent qui me tient en respect car il me punche la totalité du corps et la canne compris. Mais voilà, le premier lancé est fait, comme prévu le montage va attérir aux alentours des trente mètres dans un plouf parfaitement audible d'où je suis. Il fait encore bien jour, il n'y a pas âme qui vive ici, pas de bateaux, pas de pêcheurs, pas de filets et des promesses de se faire malmener à foison.

En attendant que le nuit arrive je bricole comme je peut entre les roches tout en surveillant mes cannes à pêche postées plus loin car vu le manque d'activité humaine le poisson prends une sorte de confiance qui pourrais parfaitement démmarer ma pêche rapidement. Remarque j'ai tellement de fil dehors que je voit pas comment je vais voir une touche, il faudrait que le poisson tire sur plus de vingt mètres pour que l'écureuil posé sur une roche frétille un peu. Mouai, bon, de toute façon cela ne peut qu'augmenter la discrétion de l'ensemble, conjugé avec un bon courant j'espère que les bas de lignes ne vont pas s'embrouiller sur eux même.

Enfin la nuit est arrivée, pour l'instant je n'ai pas de touche visibles, les bibis sont sûrement encore sur les hameçons d'ailleurs pour en avoir le coeur net je vais remonter la première canne lancée il y a plus de deux heures.Tient mais j'ai un poisson dessus ? Tu parles je vais remonter ma première blanquette qui est tout à fait honorable, bizarrement pas de coups de tête, pas de tirées jouissives qui me permettraient de jouer un peu avec ma prise, c'est un peu comme un gros sac ouvert qui arrive. Pourtant elle est là, dans la foulée je remonte toutes les lignes, je vais m'apperçevoir que même si il n'y pas de signal les poissons mangent et restent sur place. Hou lala pour une fois je ne voit pas comment je vais pouvoir être un peu plus en direct du poisson vu que le vent exerce une pression phénoménale sur les fils. Je sent que ce soir ma pêche va se faire un peu au hasard, pour être efficace il va faloir liguaturer fermement les bibis pour que le poisson n'ai pas tout le loisir de me le voler sans laisser d'adresse. En parlant d'indésirables notoire, les bibis sont au goût des marbrés, curieusement celui-ci a avalé un gros morceau de ver bien ligaturé.

DSC06283

Le vent redouble de force, dans mon coin je ne suis pas de tout à l'abri de ses frasques éprouvantes, je fume tranquillement mes clopes qui se consument rapidement s'ajoute un petit ennuis, il me faut enlever les trépieds pour caler les lignes presque à raz des cailloux voire posées au sol. Là c'est bien clair, je ne verrais pas les touches, tout ce que je demande c'est que je ne vais me retrouver avec un gros pagre (qui sont les champions des départs foudroyants) car à coup sûr tout passe à l'eau. Dans ce genre  d'exercice tout devient un peu lassant, je remonte les lignes à l'aveugle toute les demi heures avec un coup sur deux soit une blanquette minuscule soir un petit sar venu de nulle part. Il n'est pas dans mon intention de garder ce genre de juvéniles, bien piqués ou mal piqués ils vont tour à tour retourner à l'eau bouillonante d'ailleurs je pense qu'avec un trois zéro dans la langue ils ne mettrons pas deux jours à les recracher.

Ho miracle vers une heure du mat c'est "la" touche ! Si si je n'en revient pas mon écureuil est monté rapidement sur cinquante centimètres, avec une bannière de plus de vingt mètres ce n'est sûrement pas une ravelle qui mordille, franchement je n'y croyais même plus... Impossible de sentir si le poissons est au bout, je me tient là debout à transpirer de grosses gouttes que le vent d'EST attise, je le laisse un peu manger quelques minutes sentant les messages d'Orlando qui vont réaparaître si je la manque. Ce foutu vent me contraint à envoyer le ferrage au hasard au bout de quelques minutes, je ne sent pas énomément le poisson, ce doit être une blanquette de cinq cent que je tracte sans ménagement, j'ai beau ralentir pour sentir une tirette mais rien n'y fait mon scion bouge dans tout les sens. Bon moi je n'ai pas oublié les piles donc je bombarde cent vingt lumens dans l'eau, inutile de vous dire que par beau temps je peut voir le fond la nuit, là sur dix mètres carrés, c'est plein jour ! Mouai...elle à l'air pas mal, ce qui m'étonne c'est que je la sent pas des masses bon...Vu que je suis assez haut j'ai du mal à cerner la taille du poisson qui se débat et je vais remonter en poids cette blanquette. Merde mais j'ai un peu de peine à la remonter, la canne est pliée en deux et le fil siffle de toute ses forces, houla c'est pas normal ça ! J'y suis tant pis il faut aller jusqu'au bout des choses et je vais, non sans peine, l'échouer sur une roche moins haute, mais pas accessible, ce qui va me contraindre à la monter en deux temps.

Ha mince mais c'est plus une blanquette ça, wouaouuu, mais elle est plus grosse que prévu, tu m'étonnes que j'en ai bavé pour la remonter, heureusement que j'avais un arraché avec le nouveaux fil de mon ami Orlando.

DSC06543

Sa tête est plus grosse que ma main, dis donc ça s'appele du bol tout ça...

Du coup ma pêche est faite, ma récompense est là je n'en demande pas plus, en plus le vent ma fatigué les neuronnes j'ai une envie furieuse de partir. D'ailleurs je n'ai pas le temps de la remiser dans la glacière que mon autre canne se plie et l'écureuil monte franchement. Je lui envoie une cartouche dans la mâchoire qui risque de lui faire drôle, pour cette fois je la sent bien au bout car elle part complètement sur la droite je la laisse faire un peu..Malheureusement elle va se décrocher à mi course malgré que j'avais préparé le salabre et que j'avais sorti les gants de velours pour la cueuillir en beauté, va comprendre, je remonte un dodo de plus d'un kilo et demi comme une grirelle tout se passe bien, je décide faire les choses dans l'ordre et ça part en sucette...sgrongneugneu...

Subitement c'est le pied, j'ai des touches à gogo, ce qui est moins le pied c'est que je suis en train de subir une rafale de blanquettes qui sont juste sous mes pieds car dans la quête du gros sar, j'ai mis une palengrotte avec des morceaux de bibis en lambeaux. L'histoire tourne court, je prends et je remet à l'eau. Malgré le vent qui bouscule tout sur son passage il ne faut pas bien longtemps pour trouver un coco tout pret à manger sur un montage grossier preuve que la vie est de partout et que la compétition est féroce. J'ai pu tout relâcher sauf une dodo minus trop amochée pourtant en quelques minutes tout y est passé, blanquettes, sars, corb, oblade, un limon, un saurel et un calmar qui ne s'est pas piqué franchement plus un petit loup minus qui s'est décroché tout seul, un signe...du retour à l'eau.

DSC04759

Au final il est très tard, la lune à disparu derrière les gros nuages qui arrivent, par moments des éclairs illuminent me ciel qui se couvre. Je suis fatigué d'avoir couru sur les roches comme un fada et je n'ai plus eu de touches flagrantes depuis un bon moment, j'ai fumé comme une torche la moitié de mon paquet de tabac, le gros des troupes est passé sous mes pieds mais j'ai pu prendre la part que je voulais. Il ne me reste que des débris de bibis que je vais envoyer dans l'eau histoire de redonner un peu des forces aux poissons que je viendrais chercher un autre jour. Mes affaires sont bien remisées dans mon sac, j'attache mes cannes entre elles, tout les petits trucs qui traînent vont être mis dans un sac plastique, il ne me reste plus qu'à marcher longuement chargé à bloc vers la voiture. Il est trois heures, j'ai au bas mot une heure et demi de marche, plus une grosse demi heure pour rentrer chez moi, tu vois, il faut être un peu cinglé pour venir pêcher ici...


Commenter cet article

greg 02/09/2012 08:05


Superbe dorade poto...j espere que ca va revenir un peu maintenant que tous les touristes sont repartis!

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 03/09/2012 13:41



Normalement nous devrions ratrapper le temps perdu...


Bizzzzzzzzzzzzzzzzz



pat 31/08/2012 17:33


euh???? ....pas moi j ai piscine !!!! aah ah ah.

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 03/09/2012 13:41



Ha hahaha sacré Pat...



pat 29/08/2012 18:33


encore une sacree soiree a mettre dans ta boite a souvenir !!!! fada mais comme ont les aiment !!! a tres bientot mon ami.

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 29/08/2012 19:20



Qui va avoir les couilles de pêcher dans les calanques avec un mistral à 100 ?



zakari 29/08/2012 18:00


bravo roro belle peche sa promé pour se mois de septembre  des belle dodo et des beaux article a lire biz


 

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 29/08/2012 19:19



Oui en ce moment c'est bon dans les calanques mais ce la ne va pas durer, comme toutes années...



alainpaddy 28/08/2012 23:23


Fana tu es ! fana tu restes !


Les belles émotions se payent ! Profites en pendant que tu es jeune ,

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 29/08/2012 09:13



Oui c'est exactement ce que je dis à Marco quand il court sur les roches comme un diable, je fait tout ça tant que je peut le faire et que je me régale encore.


Bises Pad



lesardigne 28/08/2012 22:02


Je sais pas si tu es cinglé mais j'admire ton courage à sortir par un vent come celui de samedi tu me diras, j'etais sur la plage des lecques cherchant une belle du poids que celle que tu as
relevé et ben la plus belle touche que j'ai eu c'est quand le mec qui etait a cote de moi, alors qu'il m'avait recommandé de lancer droit, m'a pris la ligne et m'a dit Oh M'sieur excusez c'est
moi qui vous ai croisé ....


Voila que dire de plus que merci pour tes recits toujours bien imagés qui nous permettent d'etre un peu avec toi pendant ces peches des calanques qui nous sont cheres;;;;;

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 29/08/2012 08:45



Merci cloclo,


dès septembre on se fait une sortie ?



Articles récents

Hébergé par Overblog