Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Articles avec #commentaires catégorie

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #COMMENTAIRES

Ceux qui n'y croyaient sont aujourd'hui devant une évidence, le parc des calanques est actif. Il n'est pas précisé quand les interdictions vont être appliquées mais dores et déjà nous pouvons prendre en compte la carte de découpage.

carte perimetres ag 27 06 2011

Pour mieux voir vous faites:

CTRL + la roulette de la souri

Voir les commentaires

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #COMMENTAIRES

L'état vend toutes nos informations confidentielles sur les cartes grises à des commerces à des fins publicitaires. A l'approche des élections présidentielles nous portons à votre connaissance des agissement du gouvernement qui sont absolument scandaleuses à notre insu pour quelques privilégiés qui peuvent " payer" ces infos. Malgré que cela ne soit pas de la pêche cela va sûrement vous faire réfléchir.

Source, voix publique.

 



La paru­tion récente au jour­nal offi­ciel du 21 avril d’un arrêté minis­té­riel fixant le mon­tant de la rede­vance due en contre­par­tie de la mise à dis­po­si­tion des infor­ma­tions issues du sys­tème d’immatriculation des véhi­cules nous donne l’occasion de por­ter à la connais­sance de nos lec­teurs un dis­po­si­tif jusqu’à pré­sent peu connu des auto­mo­bi­listes mais qui devrait faire par­ler de lui dans les pro­chaines semaines à l’occasion de sa mise en œuvre : la vente par l’Etat à des fins com­mer­ciales des don­nées per­son­nelles figu­rant sur la carte grise.

 

 

Ce sys­tème est-il légal ?

 

Tout à fait, et ce depuis qu’une loi du 20 avril 2009 a cru bon modi­fier l’article L.330–5 du code de la route. Ce der­nier, dans sa ver­sion actuelle, dis­pose ainsi que les infor­ma­tions nomi­na­tives figu­rant dans les pièces admi­nis­tra­tives exi­gées pour la cir­cu­la­tion des véhi­cules peuvent être com­mu­ni­quées « à des tiers préa­la­ble­ment agréés par l’autorité admi­nis­tra­tive (…) à des fins d’enquêtes et de pros­pec­tions com­mer­ciales ».

Quelles sont les don­nées sus­cep­tibles d’être vendues ?

 

Toutes celles qui figurent dans le sys­tème d’immatriculation des véhi­cules (SIV) ! Et elles sont nom­breuses puisque sont par exemple ins­crites dans ce fichier :

  • Les don­nées d’identification du titu­laire du cer­ti­fi­cat d’immatriculation :
    • Pour une per­sonne phy­sique : nom, nom d’usage, pré­nom, sexe, date et lieu de nais­sance, adresse du titu­laire du cer­ti­fi­cat d’immatriculation 
    • Pour une per­sonne morale : rai­son sociale, n° SIREN et/ou n°SIRET, adresse ;
  • Les don­nées rela­tives au véhi­cule et à l’autorisation de cir­cu­ler telles que le numéro d’immatriculation, les carac­té­ris­tiques tech­niques du véhi­cule (marque, modèle, cou­leur…), la situa­tion du véhi­cule vis-à-vis du contrôle tech­nique, ce qui permet de vous envoyer un courrier pour le prochain contrôle.

A quel prix ?

 

La com­mu­ni­ca­tion de toutes ces don­nées n’est pas offerte à titre gra­cieux par l’Etat aux socié­tés com­mer­ciales qui en feraient la demande. Elle se fait en effet en contre­par­tie d’une rede­vance déter­mi­née par arrêté du ministre de l’intérieur. Jusqu’à pré­sent, la vente était auto­ri­sée par les textes mais elle n’avait pas été encore mise en œuvre faute d’un tel arrêté. La machine est désor­mais lan­cée « grâce » à un arrêté du 11 avril 2011.

Le prix des infor­ma­tions rela­tives à un dos­sier d’immatriculation est variable selon les infor­ma­tions que la société com­mer­ciale sou­haite ache­ter et selon le nombre de cer­ti­fi­cats d’immatriculation concer­nés.

Dans l’hypothèse où une entre­prise sou­hai­te­rait avoir accès à l’ensemble des infor­ma­tions du SIV, elle devra s’acquitter d’un mon­tant au maxi­mum à 0.20 euros et au mini­mum à 0.087 euros en fonction du volume d'infos demandé.

 Tout d’abord, on peut s’inquiéter de la dimen­sion que pour­rait prendre cette trans­mis­sion. Le prix de 0.087 euros indi­qué ci-dessus est en effet celui prévu lors de l’achat de plus de 10 mil­lions de dos­siers d’immatriculation ! Si un tel nombre figure dans l’arrêté ce n’est pas dû au hasard, cela montre bien que l’administration a prévu l’éventualité d’un tel volume de ventes !

 Ensuite, on peut s’interroger sur l’utilisation de ces don­nées. Leur mise à dis­po­si­tion est certes pré­cé­dée de l’octroi d’une licence (article 1er de l’arrêté du 11 avril 2011) qui fixe les condi­tions de la réuti­li­sa­tion des infor­ma­tions publiques, mais est-ce une garan­tie suf­fi­sante ? Quelles sont d’ailleurs exac­te­ment ces condi­tions ? Tout ce que l’on sait sur ces der­nières est qu’elles ne « peuvent  appor­ter de res­tric­tions à la réuti­li­sa­tion que pour des motifs d’intérêt géné­ral et de façon pro­por­tion­née et ne peuvent avoir pour objet ou pour effet de res­treindre la concur­rence » (article 16 de la loi n°78–753 du 17 juillet 1978)…bla bla bla bla bla bla........

Malheureusement ces données sont achettées (chez RENAULT, PEUGEOT,par exemple) puis re-vendues à des groupes moins compréhensifs qui utilisent usuellement le hard home-phoning. Votre téléphone sonne mais personne n'est au bout...C'est juste des robots qui compose plusieurs millions de numéros chaque jours pour savoir si aux heures des repas vous êtes chez vous ce qui induit une batterie de renseignements qui ciblent une clientelle.

Ces données tombent facilement dans les mains de gens peu scrupuleux  qui ont tout le loisir de re-fabriquer nos plaques d'immatriculation et les cartes grises pour revendre des véhicules volés / en règle...Les délits qui en suivent sont, bien sûr, à votre charge et cela arrive en force chaque jours.

Pour conclure, à chaque fois que nous donnons nos coordonnées à des services publics ou à des sites de vente en ligne, les mentions de "partenaires commerciaux" qui ornent sans pudeur les cases à cocher, font que nous entrons tous dans la machine des renseignements. Le pire c'est que ces renseignements tombent dans un cursus de vente car notre vie est fichée et mise sur un marché. Nous sommes en droit de nous demander comment gère facebook et compagnie sur nos vies que nous avons "étalées" dans des cases...

Pour vous faire une idée, tapez dans le moteur de recherche:

vente d'informations sur cartes grises.

Vous allez voir tout le monde en parle, même tf1...

 

Voir les commentaires

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #COMMENTAIRES

 

Le parc des calanques est un petit morceau du puzzle de ce qui se prépare pour l'avenir, avec trois millions de pêcheurs dans l'hexagone et plus de deux milliards de recettes annuelles on ne peut plus dire que la pêche est un truc qui n' a plus d'importance dans le paysage financier. Cela attire forcement les convoitises gouvernementales et seules les fédérations de la mer peuvent encore créer un rempart important face aux délires des ministères de l'environnement. Les fédérations ne sont malheureusement pas aussi nombreuses que cela car il faut bien le dire certaines activités comme nous le pratiquons sont fortement attachées à  rester libres de leurs mouvements quitte à gueuler un bon coup si nécessaire. Par contre, imaginez le nombre impressionnant d'associations libres qui existe autour de la pêche et qui ne sont pas fédérés cela est une erreur à corriger de toute urgence...

 



Une fédération c'est quoi au juste ?

Grossièrement... une fédération est l'intermédiaire officiel entre le gouvernement et le public associé car une simple "assos" n'a pratiquement pas de réel pouvoir juridique et bien souvent le nombre de membres n'est pas assez significatif pour être pris au sérieux. De plus, même si globalement l'architecture générale sont les mêmes avec un président, un vice président, un trésorier, des activités à gogo etc, etc le fonctionnement d'une "fédé" est différent car il ne gère quasiment pas directement les membres il défends les droits de ses assos en tout premier lieux il est en première ligne pour absorber une nouvelle règlementation pour la transmettre et la faire appliquer lors de concours par exemple.

cats-crop

Vous avez compris maintenant que les assos et les clubs doivent adhérer à une grande fédération de proximité pour se faire entendre et pour être toujours "dans" l'information gouvernementale car celui-ci ne communique qu'avec des partenaires officiels. A ce jour, à peu près toutes les "fédé" ont voté favorablement à la création du parc des calanques avec plus ou moins de contentement sur des détails et notamment sur le recensement des pêcheurs à la ligne. Si on y réfléchi un peu il est tout à fait impossible de faire passer une information précise à des gens dont on ne connais pas l'existence, comment créer un lien entre ce qui se décide et l'utilisateur ? La réponse est forcement dans une déclaration obligatoire, mais gratuite, auprès de la préfecture et par chemins détournés, des fédérations. Le seul hic c'est que le fédération ne font pas de bénévolat, passer par eux va vous inscrire certes dans le registre mais en devenant soudainement un membre informé et qui dit membre informé dit cotisation annuelle.

Il y a un  sujet à grandes discutions entre les cinq fédérations et le comité national des pêches maritimes professionnelles qui critique fermement les contraintes toujours plus grandes sur les patrons pêcheurs venues de l'Europe mais qui dans le même temps ne cesse de proposer au ministère de l'environnement des mesures visant à faire disparaître la pêche de loisir. Voilà un beau dialogue de sourd qui retarde considérablement les propositions émises par nos fédés qui espèrent bien promouvoir la pêche de loisir comme une activité indispensable pour toute la famille. Il faut préciser que les ministères environnementaux n'ont pas les connaissances nécessaires pour avoir une idée claire du sujet car ils sont des gestionnaires que plus que desutilisateurs, donc ils se fient à ce que les acteurs leur font remonter comme informations, comme bien souvent les débats dérivent au discours politique ce qui oblige les ministères à composer avec leurs propres contraintes venues de bien plus haut.

Nous même nous avons un mal fou à donner des informations concrètes car les plans changent rapidement selon où on lis le dossier, ce qui était une réalité le lundi n'est plus d'actualité en fin de semaine nous on s'y perd un peu. Pourtant nous avons épluché dès le départ toutes les lignes officielles, celle des fédés, des assos, le journal pour s'en faire une bonne idée. Au départ souvenez vous, tout Marseillveyre était condamné à la zone de non prélèvement, puis s'est réduit le mois suivant, puis s'est à nouveau agrandi pour finir en peau de chagrin sur quelques postes du littoral qui ne nous apparaît pas comme des frayères évidentes. Prenez le cas La pointe CACAU à Cassis, il y a tellement peu d'enjeu ( comprenez peu de poissons) que du coup personne n'y revient dessus ce qui la place en tête des zones ZNP pourtant il n'y a aucune espèce qui y fraye et encore moins y reste durablement. Voilà c'est à notre sens une des conneries de ce parc qui à présent essaye de trouver une solution pour contenter tout le monde et boucler au plus vite un dossier qui engendre une révolution entre les contents et les mécontents juste avant les élections présidentielles. Par contre, le cas de planier ou de Cassidaigne à été entendu par tous le monde, pour y avoir pêché quelquefois, je pense que c'est dommage mais vraiment utile car aux heures de pointe au moment du passage du pélagique il y a plus de monde que sur la Canebière causant des ravages par les viandards. Beaucoup ont assisté aux prises scandaleuses de petits loups pris à la volée dans les frayères qui finirons à la poubelle après un long séjour au congélateur...

il est temps que tout cela prenne fin car rapidement la mer s'épuise et nous n'aurons plus rien à montrer à nos gosses. Il est temps que le gouvernement mette la main à la poche pour aider les professionnels à compenser le manque à gagner pour que la mer retrouve un souffle que les filets ont pillé jours après jours. Il est temps aussi que les revendeurs de matériel comprennent que le prix de l'équipement doit baisser considérablement, ils doivent aussi comprendre que les fabricants vivent à travers les revendeurs et dépendent uniquement d'eux pour vivre car faire baisser les prix c'est doubler ses ventes car on ne gardera plus jamais de vieux matos. D'ailleurs les fabricants comme GARBOLINO qui proposent une large gamme de produits bon marché font des scores remarquables grâce à des designs modernes à des prix tout aussi remarquables, ils se positionnent partout dans le monde seulement à cause du prix. Cela se vérifie de partout, dans tout les secteurs, l'automobile par exemple ne vit que par ses modèles d'entrée de gammme car quand on sait que le delais d'attente d'une DACIA duster est de plusieurs mois cela donne t'il pas à réfléchir ? Tout les cons peuvent faire du haut de gamme, mais seuls les malins comme les grandes enseignes vont dénicher de très bons produits qui donnent accès au plaisir immédiat pour pas cher et faire de gros bénéfices. On va bander sur une FERRARI au salon de l'auto mais on achettera une clio d'entrée de gamme parce que c'est tout ce qu'on peut se payer et dans l'absolu on prendra une Garbolino à cinquante euros chez Décathlon qu'une MAVER titanium 2012 à trois cent cinquante euros chez un détaillant par ce que ce genre de produit n'est accessible qu'à une minorité.

Mais tant qu'un gros bibi achetté 80 centimes vaudra 3 dans le bac et qu'une canne part de l'usine à 50 euros et arrive à 300 sur le présentoir, la pêche n'existera pas comme une activité démocratico/lucrative et même si beaucoup d'effort ont été fait il reste encore beaucoup de chemin à parcourir dans les esprits de toute la profession de pêche...

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog