Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

Depuis la création de ce site de pêche nous avons rencontré beaucoup de monde, nous sommes passés par des étapes pas toujours évidentes qui ont mis quelquefois nos nerfs à rude épreuve. Mais nous n'avions pas encore rencontré des copains qui ont vendu tout le superflu qui traînait dans la cave pour venir nous voir quelques heures durant.

Nous sommes tombés au hasard des lignes de silver sur deux garçon hors du commun, Zak et Guy... Ils ont remué ciel et terre pour trouver quelques sous afin de pouvoir faire le plein de la voiture, payer le péage, les appâts et la bouffe au moment où les finances ne le permettent pas. Ils ont traversé une somme considérable de département pour nous combler de leur présence, c'est tout mon bonheur, le bonheur de tout le groupe.

zac

Mon aventure commence quelques jours avant dans les calanques de Sormiou, je part très tard ( comme d'hab') avec quelques bibis, des crevettes et bien peu d'espoirs en poche. Sur le poste pourtant les choses commencent fort agréablement avec quasi immédiatement un beau départ dans le style gros sar affamé. Le moulinet tourne bruyamment ce qui normalement est le signe que le poisson est piqué et je ne fait pas dans la demi mesure, je le remonte en force au vu des roche très coupantes au bord. A la remontée le sar s'affole et me plie la canne et tape furieusement dans le scion...Ha mince, pourtant le poids de la bestiole ne correspond pas vraiment aux tapes qui me sont infligées. Du coup je galère pour comprendre  ce que je remonte, pour tout dire, je suis un peu dans l'attente de savoir ce que je remonte et qui se fait de plus en plus léger au fur et à mesure qu'il remonte à la surface. Tu parles, au final je n'ai plus que la tête du poisson et quelques tripes qui pendouillent et pour le coup le poisson bat encore des ouies...Haaa........

Pas le temps de prendre mon appareil photo qui est fourré au fond du sac et je me met immédiatement à la recherche de vifs qui vont aller au plus vite me renseigner sur les cocos qui attaquent à ce point. Par chance les vifs sont acculés...( ne pas confondre avec enc...) au bord et je ne met pas moins de dix secondes pour prendre un première oblade de cent grammes qui va  retourner à l'eau avec trois 4/0 plantés dans ses chairs.

Une minute plus tard c'est le gros départ, le frein se dévide en continu pour ne stopper que par ce que je contre, à ce moment je suis prêt à tout, un denti, une sériole, un barracuda, un tassergal, franchement j'ai les mains qui tremblent et je ne suis plus exactement le roro qui comprends tout, la fumée sort de mes oreilles comme la vapeur des locomotives ! Bon je remonte mais je pense qu'il ne reste pas grand chose de mon vif mais par chance j'en ai un de rechange.

DSC05719

Argggggg !!!!! Mon oblade est toute bouffée, je suis tombé sur un banc de je ne sait pas quoi et qui attaque tout ce qui bouge !! Aussitôt dit je remplace l'oblade en morceaux par une toute neuve et je relance, Immédiatement un gros remous devant moi me fait comprendre que le vif est mort...En guise de touche c'est la bas de ligne qui est coupé...La soirée s'annonce difficile, je respire un bon coup pour me donner du courage.

Il est quatre heure du matin et je monte vif sur vif pour essayer de piquer un de ces poissons qui me malmènent aussi bien que le ferrait un chef d'orchestre sur son promontoire. Pas moyen de savoir ce qui se trame sous les eaux, pourtant je pense que j'ai tout essayé, il me vient en  mémoire ce même scénario avec Max ici même cet hiver, des touches à gogo et pas moyen de piquer un seul poisson, pire, mes précieux bibis ne trouvent personne, je suis en peu dépassé par l'aventure qui tourne au vinaigre. Je vous laisse imaginer les montagnes d'espoir que j'ai accumulé pour me retrouvé à cinq heures du matin avec le jour qui pointe, les chasses finies, les fils vides, seuls au monde perdu au millieu de nulle part...

Samedi c'est la grosse rencontre, il y a Zak, Guy, Bert, Bruno, Max, Stef et moi, on se retrouve chez Orlando qui nous distille ses meilleurs appâts pour la soirée.

DSC05721

DSC05728

Nous arrivons au port de la coudoulières comme une vague de bonne humeur, je ne cesse de me plaindre à mes potes de ma mésaventure d'avant hier soir. Nous déployons une armada de matos qui effraye le badaud, les vieux interpellés par autant de cannes à pêche titubent comme des libellules sur les pavés inégaux, les jeunes pêcheurs se demandent où ils vont pouvoir s'installer en laçant des mots grossiers.

DSC05739-copie-1.JPG

Nous on est en place et avec la nuit qui s'annonce le vide prends place, les pêcheurs de guigne s'éparpillent comme le poivre dans la vinaigrette, les pros du dimanche fuient à l'approche de la pénombre comme des vampires craignant la nuit, nous on est là...La nuit commence. Les vannes fusent comme des balles de magnum sur le goudron, à qui a croisé l'autre, à qui a perçu une touche microscopique sur la canne de l'autre pour lui donner espoir, ici ce soir tout est permis, on est bien ensemble et cela se voit.

DSC05735

Malheureusement nous ne prendrons rien de bien joli malgré tout ces appâts et toute cette assiduité qui a caractérisé tout le groupe. Nous avons changé de poste, d'appâts, de montages en fin bref...On aura tout essayé.

DSC05732

DSC05744

 

DSC05745


Voir les commentaires

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

  j0178219on copain Greg à quelques longues heures pour aller à la pêche, les coins habituels sont vus, revus, rerevus, rien de bien excitant en somme mais. Une idée lumineuse lui vint à l'esprit et éclate comme une bulle de savon dans sa caboche, cela fait bien longtemps qu'il n'est pas allé au Frioul traîner ses grosses chaussures, pourquoi pas ce Mercredi soir ? Rapide passage pour quelques gros bibis de chez Orlando, quelques cordelles, du chalut baveux et le tour est joué question appâts.

DSC05645

Mais parfois le destin réserve de bien curieuses surprises à un individu en proie à la démence* passagère, le destin a la manière pour rendre une soirée qui s'annonce pourtant toute simple en véritable bordel sans nom. Pourtant au départ tout à l'air de bien se dérouler, il est en compagnie de son copain de travail, ils sont bien installés sur les sièges bleu côté mer de la navette et ne perdent rien du spectacle majestueux de la mer en petite tenue. Les affaires de pêche sont installées langoureusement contre un siège tout près de l'eau quand...Une vague prise en travers de la coque à mi parcours va faire glisser plus bas le fourreau où se trouve toutes les précieuses cannes, il tombe au sol mouillé puis tout en glissant au ralenti passe à travers la trappe qui est ouverte à la mer...et plouffffff ! Le fourreau flotte quelques secondes sous les yeux de Greg médusé et il disparaît par cent mètres de fond, en un seul coup il vient de réaliser qu'il n'a plus qu'une seule canne potable pour pêcher, si ça c'est pas une embrouille de premier ordre....Par chance son copain en a une autre dont il ne sert pas et il va lui confier pour la nuit le ramenant du coup à la dure réalité du matériel. Hé oui, son ami n'a pas de matos tout droit sorti de chez Orlando, il utilise plutôt du matériel léger tout droit sortis de Décath. On ne va pas tirer à boulets rouges sur un magasin qui a été mon deuxième chez moi pendant des années grâce à mes maigres moyens mais, on ne peut pas comparer une canne mixte rivière/mer avec une Maver Jurassic ou du fil 4x4 avec le Massimo de chez YUKI ça serait très osé. Heureusement il reste les moulinets avec le fil, les appâts merveilleux, on ne sait pas au juste si cela pourra combler le vide que laisse la perte de ses cannes et si d'aventure une grosse daurade se prends au piège cela risque de devenir une très grosse embrouille. 

j0178213     j0178224    j0178211   j0178213                              j0433807

DSC00559

Le premier poisson pris ne bouscule pas la chronique de silver mais pourtant il donne de précieux renseignement sur la vie qui grouille ici. Quelques blanquettes, quelques marbrés, quelques sars sont les bienvenus pour cicatriser la perte définitive du précieux matos.

FRIOUL 06.06.2012 010

 

FRIOUL 06.06.2012 018

 

Soudain voilà, dans la nuit c'est ce que Greg redoutait un peu, c'est la grosse touche, pas une demi touche timide, un bon départ bien dans les règles. Il se cale comme il peut sur ces roches instables pour contrer au mieux la jolie bestiole qui s'ébroue au bout de sa maigre ligne annelée toute droit sortie d'un film de cape et d'épées. Elle vient certes, mais elle ne le fait pas de la meilleure manière qu'il soit, elle lui inflige une danse spéciale qui n'est pas habituelle, elle plonge, elle remonte, part sur le côté facilement. Elle finira quand même dans les mailles du salabre au prix d'un combat mémorable entre les roches coupantes qui pouvaient mettre nos deux confrères dans biaù*.

FRIOUL 06.06.2012 008

Hé puis tout s'enchaîne rapidement, on sent bien que les poissons passent à table et c'est l'heure où il faut rester attentif.

FRIOUL 06.06.2012 004

La nuit va passer comme ceci, une étrange alternance de touches et de calmes qui font passer le temps et les heures jusqu'à l'arrivée de la fameuse navette pour rejoindre les siens.

Le jour se lève déjà, c'est l'heure de plier la baraque à frites, le décor qui s'illumine change une peu, les odeurs renaissent comme par miracle entre les plantes multicolores et la fameuse fatigue matinale prends ici tout son sens. Comme des zombis lourdement chargés ils vont aller se traîner jusqu'au quai d'embarquement en reprenant le cour de la mésaventure de l'aller.

Ha ça y est le bateau arrive dans la passe du port, l'aventure est finie...

 

(* J'ai parlé de démence car quand Greg à une idée en tête plus rien ne peut le faire changer d'avis...)

(* Dans le trou) il faut prononcer biaou.

Voir les commentaires

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

Un coup de tel d'ORLANDO pour m'annoncer que la gamme OLYMPUS est arrivée au magasin.... Vous ne pouvez pas vous douter à quel point j'attends cette marque avec impatience depuis des mois et des mois. C'est la première fois qu'une marque Italienne dévoile une gamme aussi aboutie pour des prix de supermarchés, c'est une gamme de canne à pêche, moulinets, fils et j'en passe avec les dernières technologies à moindre prix. Y'a pas à dire, la force de Philippe c'est de dénicher au bon moment la marque qui fera le bonheur de presque tout les pêcheurs, du moins des pêcheurs comme nous...

J'examine la canne d'entrée de gamme ( moins de 70 euros), ouffff là c'est du lourd !!! Je n'arrive pas à croire que cette canne en carbone kévlar soit aussi bien finie, en plus le design, pouaaaaaaa y sont trop forts ces ritals !!!

DSC05608

DSC05637

DSC05606

 

Mes yeux pétillent sous le charme de ces ligatures, t'es sûr que tu ne t'es pas trompé dans les prix Philippe ?

Bon du coup je ne vais pas pouvoir retenir tout les prix qu'il m'annonce mais, je note que c'est parfaitement dans les possibilités de tout le monde. Plus loin deux fabuleuses cannes à pêche avec le moulinet, ça respire le sérieux à tous les étages de la peinture aux ligatures et même les anneaux, je mitraille comme un malade l'ensemble qui est vendu par paire avec le moulin...Ho putain c'est déjà en promo !!!!

DSC05631

DSC05603

DSC05609 DSC05623

Plus loin c'est à nouveau les surprises, au fur et à mesure que je met en boite ces bijoux les prix fusent, en fait, je comprends qu'avec peu on arrive à trouver facilement l'ensemble qui convient, non mais matez ces anneaux !!!!

DSC05622 DSC05600

 DSC05618

DSC05611 DSC05616

 DSC05633

Je rentre dans la boutique pour voir ce que je vais prendre comme appâts pour la soirée, bon là j'ai la choix et en plus ça vient juste d'arriver.

DSC05641

Un chalut, quelques bibis et des cordelles...

DSC05642

Là c'est les petits...( pour Orlando) pour moi ils sont presque trop gros mais bon j'en prends quand même...

DSC05645Notez la couleur bien brune du ver et sa peau bien épaisse qui est le signe incontournable que ceux-ci viennent de sète.

DSC05639J'allais oublier les cordelles de Naple car là ou je vais c'est déjà les gros marbrés qui sont en poste et sans cordelles, pas de marbrés...

DSC05647

J'allais oublier le fil pour emplir deux bobines,

DSC05651

DSC05653

Sans oublier le fil invisible en 30 centièmes, pas moins.

DSC05662

Quelques plombs bien lourds pour envoyer loin... et ma frontale qui bombarde 120 lumens, elle ne paye pas de mine, mais, elle est hyper légère, elle économise incroyablement les piles. Le seul truc c'est si par hasard vous la mettez dans les yeux de votre copain, il est aveugle le reste de la soirée...

DSC03856-copie-1.JPG

Bon voilà je suis fin prêt pour partir à la pêche, allez on vous raconte tout après...

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog