Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #sport, #pêche au bord de l'eau.

En avant première.

Hé oui le débat sur la carte de pêche en mer revient encore. Pour hiérarchiser encore une fois le nombre de pêcheurs sur les côtes de France, nos fédérations s'autorisent une fois de plus à ouvrir le débat sur une éventuelle carte de pêche des abords maritimes. La férération Nationale les pêcheurs plaisanciers et sportif de France ( FNPPSF)  ouvrent largement les discutions sur la fameuse charte du comportement, d'une déclaration gratuite ( mais ) obligatoire et tout et tout...C'est une chose dont on va parler et qui nous tient particulièrement à coeur tellement nous trouvons cela absurde pour l'instant. Tout comme la parc des calanques qui s'est (ouvert ou fermé)  ça dépend, on déplace un problème de comportement humain pour le faire revivre involontairement ailleurs. Ce que personne n'arrive à comprendre c'est pourquoi le département de l'environnement s'acharnerais à vouloir comptabiliser les pêcheurs amateur vu les circonstances sociales. Les ressources ne sont pas en cause car si cela était le cas il suffirait d'interdire aux pros de mettres les filets aux mailles microscopiques au raz des roches pour voir la population de poissons exploser de partout. Non la cause est ailleurs et c'est là où nous ne comprenons plus rien de tout. On parle de carte gratuite mais....obligatoire, tu parles qu'un pêcheur occasionnel, que les millions de Parisiens qui labourent nos terres deux mois durand vont s'emmerder avec tout cela et que cela va rester gratuit bien longtemps... Chez nos cousins de rivière la répression est importante et les moyens en homme et en matos ne manquent pas preuve que cette histoire bout dans la marmite depuis des lustres. Va t'elle réellement sortir un jour ? 

Chez nous dans le Sud l'esprit du pêcheur est différent, c'est autre chose que dans le Nord ou l'Ouest. Chez nous la rapine est un principe de vie, les marchés parallèles fonctionnement mieux que dans les hypermarchés et les gens sont habitués comme cela depuis la nuit des temps. Vouloir stopper "une économie mixte" est une hérésie et demander aux pêcheurs amateurs de se déclarer alors que c'est le bordel de partout et qu'au final seuls ceux qui marcherons dans les règles seront emmerdés. Moi je suis rêveur quand je vois de telles initiatives, je mesure à quel point les différences de comportement sont grandes entre les deux bouts de la France. Chez nous quand on prends une photo de pêcheur, le gars montre sa quiche avec un poisson tendu à bout de bras pour faire croire qu'il est gros, et si en plus il est gros alors là ...Dans quinze jours il aura encore pris du poids.

Je regrette fermement que quand nous avons dénoncé le parc des calanques il ne s'était pas écrit grand chose dans les blogs qui nous entourent, ce que je regrette encore plus c'est que j'ai compris que quand tout le monde s'en foutais totalement j'avais embarqué avec moi Robert, Pad et une belle brochette de tendres fous. Aujourd'hui il en est quoi ? Le parc est né, il y a des filets de partout aux abords et même dedans, le Frioul est baricadé de tout les côtés par les mailles microscopiques et ils vont jusque sur les côtes de Porc de Bouc. En l'affaire d'un an et demi tout ce qui n'est pas dans le parc à été pillé, vendalisé, lessivé parce que la pêche professionnelle est destructrice sur l'ensemble du patrimoine marin. Mais qui en parle dans nos blogs ? Qui s'inquiète de tout cela mis à part quel cons comme nous ? Quand l'été je voit mes postes laissés comme des dépotoirs par les gens (et/ou) les "pêcheurs" totalement sans respect de tout, je me demande toujours comment nous en sommes arrivés là. 

Notre pêche est un acte mineur dans tout ce beau bordel social, financier ou intelectuel elle impose une discipline qui n'est pas ouverte à tous. En fait c'est le contexte actuel qui dicte ses loies, il ravage la moindre parcelle de bonheur qui reste à se faire plaisir. L'esprit faible se déverse en salissant tout comme pour marquer son bref passage, l'esprit fort va continuer sa lutte journalière et ne laisser aucune faille dans cet édifice de contraintes. Mais au bout du compte qui sera le plus satisfait ? Le simple d'esprit sera toujours content de lui, il peut faire n'importe quoi d'absurde et s'en contenter. Il sera toujours content de son actualité et ne réagira pas car il ne peut pas refaire le monde après tout. Mais dès que l'on creuse un peu, que l'on n'est pas d'accord avec tout ce bordel qui nous fait vivre à l'envers, on ne peut pas réagir de la même manière. On se sent fortement à l'étroit dans ce monde, on est immédiatement égratigné quand son esprit est ouvertement pris pour un con. Il n'y a qu'à regarder la scène politique pour s'en convaincre. Un ex ministre des finances condamné pour fraude internationale qui hurlent aujourd'hui qu'ils est le seul à pouvoir sauver la France, des députés de toutes régions qui sont assis un jour sur le banc des accusés qui émergent toujours en encore sur la scène gouvernementale, voilà de quoi réfléchir un peu non ? Hé ben le plus heureux dans tout ça c'est le simple d'esprit, celui qui bousille les poissons avec ses filets sans se poser de questions, celui qui pille la mer et qui doit continuer à le faire parce que c'est ainsi, celui qui est un imbécile heureux d'être sur l'eau et qui ne laisse pas la mer dans l'état où il l'à trouvé. Par là je voudrais dire à tout ces simples d'esprit que je les envie, je leur souhaite une vie longue et heureuse auprès de leur certitudes anachromiques, de leurs rêves en deux dimensions où il n'existe que le bien et le mal et rien entre, je leur souhaite de trouver tout ce qui les ravi aux portes de leur certitudes et continuer longtemps à massacrer la mer en penssant que c'est bien. Mais je voudrais leur dire avant tout, c'est que leur métier est une honte pour la vie animale, qu'il participe à la destruction massive jour après jour de tout ce qui existe dans l'eau, qu'il ne voient dans ces poissons que quelques euros qui brillent dans leur rétines. La mer ne devrait pas être prise en otage ainsi, les délinquants sont de tous les bords, sur terre et sur mer, les uns la salissent, les autres la vide de son contenu en nous faisant espérer qu'une charte va changer les choses. Nous avons comme exemple le Parc des Calanques. A l'origine il nous a été présenté comme une des merveilles du monde, et c'est vrai au fond...Nous avons dénoncé ouvertement les risques importants d'augmentation du braconnage sur des sites encore plus beaux, du déplacement des métiers vers le Frioul, de l'augmentation démesurée du trafic sur ces zones. Malgré que nous n'ayons pas eu de réponse en direct, quelques communiqués lu dans la presse nous a indiqué que notre message avait été lu parmis ceux des autres et qu'au fond nous ne racontions pas que des conneries. Malgré l'avis de tous les vrais acteurs de la mer nous avons un Parc National qui est bien cadré sur la carte avec un égout au milieu et tout le monde est content...Seulement voilà...Il n'y a pas de gardes et pas d'argent pour faire vivre ce concept de Parc National. Du coup, dès que tout les braconniers et les pros ont compris que tout cela n'est que de la poudre aux yeux il y a encore plus de délits qu'auparavant, les filets, les palangres se croisent à fond la caisse, le Frioul est envahi de pêcheurs et les égouts de Cortiou continuent à déverser directement dans la mer sans beaucoup de précautions parce qu'on peut pas faire autrement. Les frayères sont pillées par les plongeurs et les pêcheurs en bateaux, les chalutiers font de longs traits tout feux éteints, comment vous dire...

A quoi sert réellement une charte ? Dans ce cas c'est un ensemble de fédération qui ont un intérêt commun ça démarre toujours ainsi. Ce groupement forme une entité qui souhaite rassembler les "non fédérés" autour d'une idée commune c'est à dire dans ce cas précis: Le comportement humain face à la mer. Les non fédérés sont largement invités à montrer leur approbation en signant une liste de bon usages et de donner à un bureau d'étude ses propres informations sur ses propres pratiques de pêche. Le nombre d'adhérents permet aussi/surtout de faire peser ses idées dans le pouvoir politico/décisionnaire et tant mieux. Un adhérent est un électeur et cet électeur vaut une voie aux élections, bon... Bon jusque là tout le monde est d'accord ou du moins on arrive à ne pas être trop contre. Mais là où je ne suis plus du tout en accord avec ce genre de charte c'est que même avec toute la meilleure volonté du monde il n'y a pas de moyens financiers pour ce genre d'actions. Pour qu'elle devienne viable il faut qu'elle puisse générer un minimum de fonds pour payer les employés et à forciori le président, mais voilà, cela veut dire forcement qu'à terme il y aura l'instauration d'un permis téritorial payant. Un permis pour les bouches du Rhônes, un autre pour le Var etc etc...et là c'est non, point !

Mais tout cela veut dire avant tout que le pêcheur ne pourra plus pêcher quand et où il le souhaite, on parle déjà de repos biologique et une limite de prises. Ce que tout ce petit monde n'a pas encore compris c'est que le pêcheur amateur du bord ne détruit rien, il sali tout mais il ne pille pas la mer, il n'est pas responsable de la disparition à grande échelle des poissons. Seuls les poseurs de filets qui quadrillent tout, les plongeurs sur-équipés nocturnes, les bateaux ultra-électronisés sont en mesure de provoquer la disparition des poissons. Si on veut que tout cela revienne et qu'enfin la mer se repeuple significativement il faudra des gardes qui massacrent les braconniers qui sont souvent mieux équipés que la Nasa. 

Personnellement je n'adhère pas  à une charte où la plupart de mes loisirs seront circoncis quand pendant ce temps une armée de connards vont tout racler juste parce que les gardes sont encore virtuels. Par contre si le premier objectif de la fnppsf est d'obliger les groupements d'interêt publics à former et à mettre des surveillants en place je serai le premier à en faire la publicité et à y adhérer.

 

 

Un poisson maigre. C'est ma fiche cuisine du prochain article.

Un poisson maigre. C'est ma fiche cuisine du prochain article.

Etre pêcheur n'est pas seulement un loisir intime, c'est aussi une véritable vocation sentimentale. il s'agit en effet, de l'une des passions les plus anciennes du monde et elle n'a pas changé son éthique au cours des siècles. Le pêcheur isolé au bord de sa roche reste de nombreuses heures seul avec son dieu qui commande aux éléments et aux force de la nature. Si il pêche avec ses compagnons, l'esprit de corps, la camaraderie constituent la condition essentielle du succès. Ce n'est pas sans raison que la bible parle d'un pêcheur comme le premier disciple du Christ, donc d'un homme qui a été choisi pour servir d'exemple aux autres. La camaraderie née devant les éléments, le risque certain, et aussi l'incertitude de la perception de son loisir face à l'opinion marque à jamais, et, très profondément l'esprit de ces hommes.

Cette confiance en sois ajoutée à la grande connaissance des éléments, mêlée à l'individualisme et au goût du risque, confère aux pêcheurs une certaine forme de confiance en son destin. Dès les plus modestes débuts jusqu'aux méthodes actuelles les plus élaborées, ce statut persiste au fil des siècles, il ne peut s'aliéner car il est la fibre intime du pêcheur qui le pousse à trouver "sa" finalité. Cet état d'esprit permet la naissance perpétuelle d'idées nouvelles, rien ne permet de poser de limites face à l'inconu, il en né de nouvelles techniques et de nouveaux matériels. Nous sommes tous pendu à nos rêves et toutes nos pensées extirpent sans ménagements du néant une certaine forme de plaisir. Mais ce qu'il ne faut pas perdre de mémoire c'est que le pêcheur doit gérer ses prélèvements, même si cela ne concerne pas ou peu le pêcheur du bord, à grande échelle, la pêche industrielle est à même de bouleverser l'équilibre mondial. Personne ne doit être en mesure d'interdire ou de contrôler la pêche récréative par ce qu'elle est né avec un malaise social profond, elle fait vivre une économie et contribue incontournablement à la transmission du savoir de la mer à ses enfants, donc pas toucher les gars...

Cliquez sur la photo pour les agrandir et les faire défiler.

Cliquez sur la photo pour les agrandir et les faire défiler.

Voilà je suis de retour sur mon poste Marseillais, Le temps en idéal pour traquer le calmar. Mais avant tout, il y a deux soirs mes copains Marco et Stef sont allé faire un petit tour dans les calanques, pour eux aussi c'était " le" soir. A vrai dire je n'ai pas eu tous les détails de leur sortie car il faut avouer que quand on pêche il est surtout important d'avoir la paix. Malgré tout, de ce que j'ai pu comprendre c'était un véritable concentration de poissons et en paticulier des daurades.

Le droit de pêcher.

La veille Mes deux copains sont de retour dans les calanques avec les mêmes appâts et la même rage de pêcher, hé bien ce fût pareil avec en plus quelques petites suprises.

Stef, le dénicheur de poissons.

Stef, le dénicheur de poissons.

Pour ma part je m'installe sur mon poste ultra hostile, il n'y a même pas de saletés c'est dire. Comme d'ordinaire je rempli en avance mon gros bac d'eau pour garder mes prises vivantes le plus longtemps possible. Pour le calmars c'est un peu pareil car en passant l'arme à gauche il devient dur et rond et c'est plus facile à cuisiner par la suite, hé oui faut penser à tout...Mis à part ça l'eau qui est dans mon bac le détail qui tue c'est qu'elle est tiède et ça, c'est pas bon.

La nuit n'est pas encore tombée et je peut choisir à loisir mon poste au poil de fion en examinant les roches imergées qui disparaîssent dans l'eau profonde et noire. Cela fait comme des pans de roches abruptes qui coupent comme des lames de rasoir, hummm, si le fil passe dessus je crait le pire. Il y a en plus des grappes de moules et des oursins, mince il va falloir jouer fin et garder la bannière bien tendue.

Enfinnnnnn la nuit commence à tomber, les bateaux se croisent et se recroisent à quelques jets de pierres de mon poste et j'ai réussi par miracle à faire quelques bogues bien calibrées, ceci n'est pas un détail anodin. La sardine est plus adaptée à plaire aux calmars, sa forme et son jus sublime fait des ravages sous l'eau. Mais le gros problème c'est que ce poisson mondial plaît aussi à une multitude d'espèces qui tournent et retournent à la recherche d'une pitance et leur placer une telle friandise sous le nez ne ferai que leur donner satisfaction. Seulement voilà, la satisfaction c'est moi qui veut l'avoir "d'abord" en faisant ma pêche.

A peine la nuit est t'elle tombée que le premier calmar est en ligne, il tire bien et s'est lourdement planté sur les crochets en inox, comme la dernière fois le festival va peut être recommencer. il y a tout pleins de facteurs qui font que je suis heureux d'être ici, le premier c'est que mes prises ont l'air de vadrouiller, le temps est parfait, l'absence de vent est incroyablement reposant et je vais pouvoir faire mon artcicle serein, ça aussi ça compte beaucoup. Mais je n'ai même pas le temps de ranger un peu le bordel que j'ai mis autour de moi que mon bouchon est parti au fond de l'eau, je vois bien la boule lumineuse du starlight qui fuit vers le sombre et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire ce sera mon deuxième calmar. Dans la foulée je relance la ligne sur une pélicule extra méga plate, tout va bien...

A première vue le calme revient sous les eaux, les bogues sont bien présentes et je ne me prive pas d'en faire un petit stock pour mes pêches futures mais soudain, le petit bouchon lumineux dédié saute sur l'eau puis il file à toute allure vers le large, le frein tourne vite ! sans surprise le bas de ligne à cassé, Hou fan mais c'est quoi qui a fait ça ? A la vue de cet indice il est vrai qu'on dirai qu'il y a des chasses sous l'eau, de temps en temps un fuissement qui cours sur l'eau m'interpelle, ça me fait penser à une chasse de pélamide, bon, ben je suis mal barré si c'est ça.

Les heures passent sous les crissement de pneu de la route, les pétards, les pêcheurs de fortune qui s'installent puis repartent aussi sec, les cris de jeunes gens qui ont abusé d'alcool et moi je n'ai plus aucune touches, les bogues sont parties ou ont été englouties, les calmars ne sont visiblement plus ici. Pour finir mes quelques sardines bourrées d'atractants je vais caler une ligne au fond. Je pense que c'est inévitablement un congre ou une murène qui va se pendre sur cet appât, je n'ose penser à un loup ou à un pagre voire un denti, non  ce serai trop beau...Juché sur un pic rocheux tranchant je bombarde aussi fort qu'il est possible sans me casser la figure car là ça serai complexe, le plomb va aller toucher un belle distance vu les conditions, je met un écureuil, voilà.

La touche qui va suivre est d'ore est déjà inscrire dans les anales de ma mémoire. Alors que je suis occupé à ranger mes affaires, mon attention est attirée par un bruit de frein de moulinet, vu que je n'ai plus qu'une ligne à l'eau c'est soit le mec à côté ( mais bon il est parti) soit c'est ma ligne. Je lève les yeux et je voit ma canne pliée, l'écureuil est collé, allé louyaaaa c'est un miracle !!!!! En fil j'ai prévu large et je suis en 25 centièmes en bas de ligne, autant dire que je suis confiant. Au ferrage j'y ai cru, ma ligne reste bloquée quelques segondes et je sent déjà un premier rush puissant qui pousse vers le bas. Mais rapidement le poisson qui est au bout se dévoile et me fait deviner son poids, les rushs sont vraiment sympas mais bon, je ne pense pas à un gros gros poisson. A la surface je vois un beau sar qui arrive, il est planté au bord des lèvres, je le lève en force pour le faire attérir dans mon bac. Il est vraiment beau, il est aux alentours de quatre cent grammes, je n'ai pas envie de la garder.

Le droit de pêcher.

Il est normal de remettre à l'eau un poisson qui n'est pas dans le cadre de sa pêche, je suis venu pour le calmar ou le loup, le sar est une espèce qui est présente toute l'année et au plus il fera froid au plus les gros sujets seront de retour.

Pour l'heure je plie boutique car il est presque deux heures du matin, pour moi c'est assez tôt mais je pense que pour les calmars de ce poste c'est hors cadre.

Le droit de pêcher.

Le prochain article est déjà en marche tellement il se passe de choses dans les rangs de silverboys. Stef à fait une découverte incroyable qui ne peut s'expliquer comme ça, on va en parler un peu et après on vous en dira un peu plus mais ça... c'est une bombe !

Bon j'attend vos réaction sur la carte de pêche, il faut s'exprimer ça aussi c'est notre droit !

Voir les commentaires

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #sport

A vrai dire je part un peu au hasard ce Mardi soir à la recherche du calmar. J'ai quelques belles sardines pour faire trois pêches c'est à dire, calmars, loups et bien sûr mes précieuses bogues. Ha oui les bogues. Voilà un poisson très prisé par mes neuronnes, il a l'énorme avantage qu'il ne pas subir autre chose que les attaques des calmars, il n'est pas une bouchée prisée par tout ce qui rôde sous les eaux à part peu être les congres et les murènes quoique...

J'arrive à calellongue dans l'espoir de trouver un coin libre mais la mer est trop agitée pour mon bouchon et je vais me rabattre un peu moins loin. La baie des singes ? hummm non. Voyons voir où je vais pouvoir aller faire la manche à la mer ce soir. Je tourne, je vire et me voilà avec bien peu d'espoirs après la Saména car l'eau est très calme, enfin bref, c'est déjà ça.

Le montage est rapidement fait malgré qu'il fasse encore jour, j'enfile une sardinette sur la calmarette et quelques mètres de fond et hop, l'affaire commence comme ça. A première vue je suis bien mal barré, le coin est à vingt mètres de la voiture, il est totalement incofortable est en plus ce n'est pas très propre, voilà tout les ingrédients de ce je déteste mais bon je n'ai pas le choix vu l'heure. Le bouchon n'est pas bien fixe sur l'eau, pourtant vu le fond que j'ai mis il est impossible qu'il râche une roche non, c'est autre chose. Il bascule puis se met droit, il tourne du chef quand... il plonge d'un coup ! Hou là là mais ce serai ti pas un calmar ça ? Je remonte avec prudence et il est évident que la première prise est en ligne, il rushe pour se libérer des hameçons mais j'ai la technique adéquate pour le garder en ligne. A la surface il arrive en prince libérateur, je me dit qu'en faire un seul est déjà pas si mal vu la température de l'eau, sans salabre il sera hissé sous ses crachotis typiques jusqu'à mon bac rempli d'eau fraîche.

Que des grosses surprises !!!

Ben voilà, je me sent bien soulagé de savoir que ja vais pouvoir changer de pêche. Oui je sait, je sait... les daurades arrivent avec les loups dans la foulée mais bon, en fait, j'en ai un peu marre de tout cet armada déployé à chaque pêches. Là j'ai deux cannes avec presque rien à monter, je déballe et je remballe en deux deux, faut dire que depuis Février on est sur le pont. Dans la foulée la deuxième ligne est envoyée dans le maigre courant, il ne tarde pas à me faire sentir que lui non plus n'a pas beaucoup d'équilibre sur l'eau. Pourtant il ne faut pas de plombs et le poid de la sardine suffit, normalement. Mais à peine le temps de le dire le bouchon part au fond. Une fois la ligne tendue je sent bien que je suis avec mon deuxième client de la soirée, il semble plus petit mais là j'en ai rien à foutre ! Comme toujours à la surface et pour ne pas le perdre j'entame la fameuse technique du crochetage inversé, ceci consiste à coucher la canne au plus près de l'eau toujours le fil bien tendu et ensuite sans donner de mou inverser le sens pour que la calamarette se plante dans le calmar, en principe cela fait mouche à tous les coups et là, ça fait mouche...

Que des grosses surprises !!!

Bon hé bé voilà une soirée qui commence bien, il est vingt heures et j'ai déjà deux calmars en poche. Sans plus attendre la ligne sera renvoyée dans le loin avec quelques recommendations, une fois touché l'eau le sartlight se redresse avec le bouchon puis... il se couche aussi sec ? Dis donc, j'ai trouvé un nid ou quoi ? une fois la ligne tendue je sent encore un autre calmar qui rushe pas mal, j'en perd mes mots là...

Rapidement le festival commence et j'ai déjà des indices où ils se trouvent, ils navigent dans un périmètres assez restreint et pour les débusquer il faut envoyer à cet endroit seulement voilà, si il y a des calmars, y'a des bogues et si il y a des bogues les sardines se font bouffer par eux. Mais que cela ne tienne je fait un petit break calmar de quelques minutes pour trouver quelques bogues, il me faudra saucisonner de minuscules morceaux de sardines et les enfiler avec délicatesse sur le fil. L'exercice est complexe pour que cela tienne sur un hameçon de 10 mais quand on y arrive, c'est un vrai piège qui marche à mort ! En moins de cinq minutes mon bouchon va couler des dizaines de fois jusqu'au moment où j'en aurai assez. Vivantes elles seront placées sur les calmarettes, pour le calmar c'est ce qui se fait de mieux mais il ne faut pas se précipiter et laisser manger le céphalopode quelques segondes avant de remonter. Hé oui le poisson est plus épais qu'une sardine et il faut laisser les ventouses s'embrouiller dans les piquants, mais une fois ce truc assimilé, on en loupe très peu.

La soirée va être riche en rebondissements de tout poil. Voilà que je suis assis du mieux que je peut sur ces roches tranchantes quand le frein du moulinet qui est côté de moi se met à tourner comme une perceuse électrique, j'en ai sursauté car pour l'instant tout était calme. L'anchoix laissée libre dans le courant va trouver un gros client, ce n'est pas un calmar qui fait ça car le départ est trop fort, le temps de me lever et de prendre en main et de ferrer il n'y a plus rien au bout. A l'exament indispensable je constate que le bas de ligne en 40 centièmes est coupé net, un barra ? Pagre, denti ? Pfffffff, on ne saura jamais, par contre il est parti avec un 4/0 fort de fer dans la quiche et ça, ça doit faire mal...

Que des grosses surprises !!!

Mine rien les calmars s'accumulent dans le bac et vu l'heure il n'est pas impossible de faire un jolie pêche ce soir. Le temps reste stable, le courant est assez léger et il reste pas mal de munitions à portée de main en plus, vu qu'il fait assez noir la vision du bouchon est parfaite, la moindre touchette ne passe pas à côté bref, que du bonheur.

Vers minuit les choses se calment, les touches se sont largement espacées, le vent à tourné au Mistral léger et cela n'a pas l'air de plaire à mes bestioles préférées. Je vais avoir un peu de temps pour faire quelques photos et de commencer à remballer les maigres affaires que j'ai déployées ici. Tient on voit bien les étoiles ici, la pénombre y est pour quelques chose. Tient mon bouchon ? Ha bé il  a encore plongé. Je prends en main et entame la longue remontée, la prise ne se débat pas preuve qu'elle n'est pas piquée, pour autant elle ne lâcha pas la bogue, un bon coup de crochetage à l'arrivée et c'est dans le sac . Mais à la surface c'est une autre forme de céphalopode qui arrive, ouiiiiii c'est une seiche, elle sera parfaite pour ma prochaine pêche au loup, sa chair délicate font un massacre sur tous les types de sparidés aussi, une aubaine !

Que des grosses surprises !!!

Hé bé voilà c'est l'heure de plier, il est quand même une heure de matin et c'est sans regrets que je quitte cet endroit totalement inconfortable. Malgré tout je pense que je vais y revenir pour y pêcher à nouveau le calmar car avec du matos un peu plus afiné je pense pouvoir tirer encore mon épingle du jeu. Remarque rien n'est moins sûr car le coco navigue beaucoup, il est là le Lundi mais plus le Mardi à cause de trucs que je connais pas encore. Le principal c'est que j'y soit tombé dessus ce soir et que grâce à une habitude certaine il m' a été possible de n'en louper aucun, enfin je crois...

Voilà encore un pavé de surprises pour cette soirée bien tranquille. Dans prochains jours on vous fait un cocktail de tout ce qui est arrivé et ce qui est train de se dérouler. Tout d'abord les mauvais trucs qui se préparent et ce sera le préambule, puis la pêche de Marco et Stef, les fabrication de allainpaddy qui m'a envoyé un piège à ver de Rimni et pour finir ma pêche de Jeudi. Voilà du travcail en perspective pour moi pendant que les cocos sont au bord de l'eau, non mais j'vous jure...

Allé bises les gars...

Que des grosses surprises !!!
Que des grosses surprises !!!

Voir les commentaires

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

Oui cette semaine nos pêches ont été bourrées de surprises. On va comencer pas la pêche de Vendredi soir.

Tout d'abord Bruno et moi sommes partis de chez nous avec nos infos sur la météo, c'est à dire pas de vent, pas de froid et tout et tout pris sur winguru et météo marine c'est dire...Arrivés sur notre poste c'est tout l'inverse, il y a un vent de fada et il nous faut mettre la doudoune pour ne pas avoir les ongles qui sautent. Non là j'exagère mais c'est pas du tout à quoi nous nous attendions au départ.

Malgré tout la soirée commence plutôt pas mal car les poissons sont là et il nous le font savoir, la contrepartie c'est qu'ils ne sont pas très très gros et il nous faudra faire avec.

 

IL y a beaucoup de Pageots en ce moment.

IL y a beaucoup de Pageots en ce moment.

Au fil de la soirée les choses se dégradent un peu, dans l'espoir de voir si les calmars sont arrivés ( un peu) je me met à la sardine et au bouchon quelques minutes. Avec beaucoup de peine mon pauvre bouchon lumineux a du mal à être droit sur l'eau, les vagues qui arrivent de côté le contrarie fortement, mais quand même, je trouve qu'il va bien vite sur l'eau. Bon allé si je ne veut pas que ce bouchon me prenne toutes lignes je vais le remonter et remiser le montage pour la prochaine sortie. Mais contre toute attente je sent un truc assez lourd, la pression du vent ? Le courant ? hé bien non, dans la lumière de la frontale qui transperce la couche d'eau je voit arriver un calmar lourdement piqué sur les hameçons de la teutonnière. Je n'ai plus qu'à le remonter. Pour une surprise c'est une surprise.l

Maintenant que je sait qu'ils rôdent je vais m'y consacrer un peu.

Maintenant que je sait qu'ils rôdent je vais m'y consacrer un peu.

Mais passé une heure du matin tout va rapidement nous gonfler car le vent redouble de vigueur et tout mes espoirs de pêche sont définitivement balayé par ce maudit Mistral, il ne nous reste qu'à plier boutique et rentrer à la maison. Allé une petit photo des prises et on rentre car y'en a marre !

Pour ma bouillabaisse tout ce petit monde va y avoir sa place.
Pour ma bouillabaisse tout ce petit monde va y avoir sa place.

Pour ma bouillabaisse tout ce petit monde va y avoir sa place.

CLEMENT, JUJU, MARCO ET RORO.

Le rendez-vous est pris dès le lendemain avec nos amis de la maison PEXEO, pour cette sortie qui va se dérouler dans les calanques il est prévu une belle météo. Je me méfie quand même car vu ce qu'on s'est pris dans la poire avec Bruno hier soir il est tout à fait possible que les prévisions soient tout aussi approximative.

Mais que neni, le temps est parfait pour ce soir et c'est avec joie que nous installons tout en parlant. Clément fait un peu la distribution des appâts surgelés, moi je veut du Rimini  et marco un peu de tout. Frais ou surgelé parfois il est difficile de faire la différence.

Que des surprises !!!

La soirée commence pas trop mal pour tout le monde mais ce n'est pas la folie sous l'eau quand même. Marco arrache à la mer quelques soles et moi quelques pageots et des sars, mes copains sur la gauche eux sont un peu moins chanceux, mais....Ca va pas durer...

Juju et Clément de la maison PEXEO.
Juju et Clément de la maison PEXEO.

Juju et Clément de la maison PEXEO.

Juju va tenter de provoquer la chance avec une tentative désespérée à la turlutte, il va promener son leurre quelques instants quand...

Que des surprises !!!

Juju a beau me dire que c'est la chance du débutant, moi je sait que ce n'est pas vrai. En tout les cas chance ou pas le premier calmar de la soirée à été pris. Marco et moi on  bricole quelques poisson par-ci par-là mais ce n'est pas la folie sous les eaux, on se déplace beaucoup et nous avons tout le temps de parler de nous et de nos vies quand...

Une petite touche sur un calmar calé entier nous interpelle. Vu la tirette nous avons tout lieu de penser à un indésirable qui titille les tentacules du calmar, je fait remarquer à Clément qu'un denti ou un pagre aurai déjà cassé sa canne en deux. Mais soudain tout change, l'écureuil claque fermement contre la canne, Juju saute de roches en roches canne à la main et envoie un ferrage le poisson est au bout ! A première vue c'est un gros fiélas car les coups de têtes sont mous et il n'y a pas de rushs puissants, mais à la surface nos pronostics vont changer car c'est un loup qui arrive. Pour une surprise c'est une surprise car vu les touches qu'il à fait ce n'est pas proportionnel à sa taille. Marco arrive salabre à la main et en quelques segondes c'est la joie dans les rangs !!!!!

Que des surprises !!!
Que des surprises !!!
Que des surprises !!!
Que des surprises !!!

Voilà la pêche est faite et mon article aussi, la mer nous aura donné tout ce que nous attendions d'une soirée, beau temps et poissons. Juju à beau me dire que c'est la chance du débutant je lui fait remarquer que ça fait beaucoup de chance de débutant quand même. Par contre la suite de la pêche va être facile à décrire, nous n'aurons plus aucune touche de la soirée, Comme ça nous n'aurons aucun regret à plier vers deux heures du matin.

Voilà la pêche est finie, nous allons reprendre le fil des chemins qui sont devant nous avec de biens belles images à montrer.

Allé, je me vous laisse car je repart aussi sec dans les calanques car les calmars sont de retour et je ne veut pas manquer tout cela, dès mon retour je vous montre mes prises si il y en a bien sûr...

Que des surprises !!!

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog