Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO.
Publié dans : #Poissons

j0178207ppuyé contre un pan d'une roche face à la mer à peine réchauffée par les derniers rayons du soleil de cette journée de Janvier me voilà bien pensif. Les mains calées dans les poches, clope roulée au bec, ma tenue de ski pour me tenir au chaud, je contemple machinalement la falaise du cap canaille qui se tiens fortement érigée devant moi. Ce soir j'ai quelques cannes postées à la crevette et une en attente pour le calmar, il n'y a pas beaucoup de touches qui viennent parasiter mes profondes pensées. Le vent de Nord balaye vivement la surface de l'eau, je vois bien que le courant change rapidement, il tourbillonne, s'agite bruyamment en faisant des frises qui courent vers le large et reviennent aussi vite comme dans un grand ballet aquatique.

DSC01014

 

Le vent se renforce férocement à la nuit venue, les bourrasques couchent les bouchons sur l'eau, malgré tout je perçoit une dérive à contre sens du flotteur ce qui fatalement se transforme par association d'idées à une possible présence d'un calmar. Effectivement, je tourne la tête une seconde sur la gauche car j'ai cru entendre un débattement curieux sur la surface de l'eau...puis je reviens suivre du regard les aventures de mon fidèle bouchon rouge et blanc pour constater qu'il est immergé, me faisant prendre au passage mon premier calmar. Mais au bout du compte ce qui est important ce soir c'est cette pauvre sortie, je n'arrive pas à "entrer" dans la pêche car mon esprit est absorbé par autre chose. Il est presque minuit, je n'ai plus envie de rester au bord de l'eau, les conditions de pêche sont déplorables, je plie boutique car à la maison attend sagement sur l'accoudoir du canapé l'objet de mon retard à l'étincelle...

DSC01022

Le sujet de lecture du moment est "l'histoire ancienne de la pêche dans la société" me fait comprendre à quel point certains lieux comme ici ont été pillé par des charognards à un point tel, qu'il est devenu urgent de renverser la vapeur. Les lieux de pêche ne sont pas inépuisables de ressources, il est suicidaire de poser des filets tous les jours aux mêmes endroits et racler ses moindres recoins sans que cela ne pose problème un jour...

Les notes concernant la pêche en Egypte ancienne ne manque pas, les peintures qui ornaient les bas reliefs des maisons montraient beaucoup de scènes de pêche joyeuses qui nous permet encore aujourd'hui de pouvoir les situer dans le temps. Les Phéniciens étaient des pêcheurs d'eau salée, les hébreux plutôt d'eau douce mais les asiatiques sont sans conteste les premiers grands précurseurs dans l'art de la capture. L'ingéniosité chinoise était sans limites, des méthodes ignorées du monde entier étaient courante chez eux comme celle du cormoran, la marmite, la loutre et ils ont eu besoin très tôt de commencer à gérer le patrimoine sous peine de le voir disparaître. Ils étaient des maître dans la confection de filets dérivant ou fixes, ils savaient forger des hameçons en fer et ont inventé le lin finement tréssé qui a donné une sorte de tresse plus solide que le fil de soie. Mieux ils ont inventé la pêche aux stupéfiants, une poudre qui endors le poisson sans le tuer ni l'empoisonner, celle du bois enivrant qui permet de le capturer et de le transporter dans des bacs pour l'élever en aquaculture sans le stresser, le pêche à l'explosif...

Parler de la pêche c'est commencer en partant du poisson, c'est lui qui détermine en fin de compte la technique et l'homme ne viens qu'après, avez vous remarqué qu'aujourd'hui nous faisons radicalement l'inverse. C'est la preuve de notre évolution et de notre déclin, le respect du sujet qui nous met en action n'a plus d'importance. La pêche c'est tout un problème de liberté, avec le développement important des techniques nouvelles , le bateaux vapeur qui pouvait à lui seul prendre autant de poissons que quatre vingt voiliers a aiguisé tous les appétits de fortune. Tout cela a été rentable pendant de très longues années, aujourd'hui il faut se rendre à l'évidence les poissons disparaissent de toutes es mers du monde. A ça il n'y qu'un seul remède, interdire la pêche dans certains lieux puisque l'homme ne peut se résonner, sa soif d'argent sur le primitif est tel qu'il peut vendre ses prises pour acheter de l'alcool ou des cigarettes, il compte sur ses prises pour payer ses crédits. Nous nous sommes éloignés du sujet, éloignés de ce qui nous a poussé à revenir au bord de l'eau.

Je referme mon bouquin d'une main dans un claquement bruyant pour me lever d'un bond car pris dans la lecture j'en ai presque oublié que ce soir j'ai rendez vous avec Greg pour aller pêcher. Nous partons vers 17h30 pour aller au Bestouan car depuis plusieurs jours nous ne sommes pas allés pêché et nous avons besoin de nous retrouver un peu entre nous. Arrivé sur place nous postons une canne à bouchon et une au fond sans plombs ni bombettes qui alourdirait le montage pour le loup. Fantasme curieux que de rêver de poissons, il nous guide dans notre vie et nous a même poussé  à faire un blog. Le temps est assez calme ce soir, les éfluves de grillades et de pizzas qui émanent des restaurants me fait décrocher de la pêche de temps en temps tellement j'ai faim. Greg ouvre le bal de la pêche avec la prise d'un très beau calmar qui lui a fusillé sa sardine. Puis c'est mon tour de prendre mon poisson, au départ je pensais à un loup mais les rushs sont trop appuyés, le frein par copieusement plusieurs fois entre mes mains accompagné de violent coup de têtes...j'aurais bien aimé, mais ce n'est pas un loup, alors? Je remonte par épisode du fond des eaux un placard brillant sous les feux des lumières frontales. Une daurade ? me lance Greg... Haaa, je sais pas mais c'est pas commode comme poisson !!! heureusement la Maver que j'ai entre les mains assure tout mes petits travers, c'est ainsi que je regrette d'avoir monté du 18centièmes sur mon bas de ligne, c'est le meilleurs test que je peut faire subir au fil YUKI.  Avec un peu de chance et de doigté mon poisson n'est pas arrivé à se caler sous une roche et c'est ainsi  que remonte à la surface un gros sar. Il a avalé une demi grosse sardine et un 5/0 sans problème, mais le problème justement c'est que nous n'avons pas de salabre et je suis haut sur les roches je vais de voir le monter en poids. Malgré un accro du fil sur une roche bien pointue dû aux vagues le 18 centièmes ne va pas casser.

DSC01048

 

J'ai beau fouiller mon sac je ne trouve pas l'appareil photo, Bruno éssaye de me faire un clic avec son Iphone mais bon c'est un téléphone nous n'en tirerons rien de bon.

Nous n'aurons plus de touches de la soirée,le vent s'est levé, la mer aussi et nous rentrerons sur le coup des minuit.

DSC01047

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog