Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #calmar

Ce Samedi je ne sait pas trop où aller pour pêcher, il est annoncé de la pluie, un peu de vent ce qui me plonge dans le doute. Malgré tout ça je me décide à aller farfouiller quand même quelques postes en plein désespoir car je n'ai pas l'intention de rester enfermé. J'ai avec moi quelques bogues congelées dans du gros sel mais je compte bien au moins en faire quelques unes de plus pour mes pêches futures. Ha tient un coup de tel, c'est mon ami Bruno qui a pu se libérer à la dernière minute et qui est en partence avec moi, mais mon dilème n'est pas résolu, enfin nous verrons bien où le destin nous emporte.

Sur place nous allons tout sortir, notre savoir faire, nos lignes et beaucoup de choses qui ne s'expliquent pas. Mais les bouchons sont malmenés par la houle qui sévi ici, en plus il n'y a pas de bogues à pêcher et ça c'est un détail qui ne peut pas nous laisser insensibles. Jai tout le temps de faire le couillon et même d'oublier mes bouchons.

DSC00005

Avec ma frontale j'écrit des lettres dans l'atmosphère jusqu'au moment où je propose à Bruno de plier et d'aller ailleurs vu que le vent est tombé et que la pluie ne vient toujours pas. En quelques minutes nous avons tout plié et nous voila en route pour un autre coin.

La soirée ne s'annonce pas bien, nos bouchon et tout nos pièges accessoires ne font pas recette, il n'y a pas de bogues sous les eaux et nous savons que c'est un premier signe de bredouille. Alors que je n'y crois plus un brin, Bruno est le premier à voir une gros coulage de bouchon, en effet il a complètement disparu et je ne voit qu'une boule de lumière sous les eaux qui me signale qu'un gros client est en ligne. je saute sur ma canne qui ploie de façon tout à fait anormale malgré ma Gladiator Yuki vraiment balèze et une lente remontée s'engage avec un monstre au bout du fil. Je suis obligé de donner du frein au calmar qui arrive, ses rushs sont violents et agressifs ce qui me contraint lourdement à sa remontée délicate, mais au bout de longues minutes dans une mer agitée il arrive enfin à la surface et dans l'éclairage des puissantes frontales  nous voyons arriver une grosse patate. Ses gerbes d'eau sont à la hauteur de sa taille et c'est la preuve qu'il est piqué, pour autant sa capture n'est pas aisée car il n'est pas très enclin à se laisser faire, dès que le salabre touche l'eau il s'en détourne et envoie une salve de puissance qui manque à chaque fois de me casser la canne en deux. Finalement il est dans les mailles après mainte tentatives et nous découvrons une bestiole qui a quasi la taille du panier, wouaouuuu, ça fait longtemps que je n'ai pas vu une bestiole pareille, une fois à maison je le mesurerait et je le pèserait de façon à rétablir une sorte de démesure chez les pêcheurs de calmars.

DSC00008

Au cas où je relance immédiatement, je n'ai que le temps de faire la photo quand mon bouchon coule à nouveau sous les cris de Bruno. Pfffff, c'est le même placard qui est planté sur les pics, bon allée on recommence le cinéma.

DSC00009

Il est à peine plus petit mais globalement ce sont deux gros calmars, pas de temps morts je relance...ou cas où...

Rapidement tout s'enchaîne, les bouchons à quelques mètres ont trouvé des clients, ils ont une taile hors normes, nous venons de comprendre que le passage des calmars c'est maintenant et nous allons les sortir les uns après les autres, ils sont tous très gros ce qui impose qu'un de nous deux abandonne sa canne. Bon inutile de faire une montagne de tout ça, il y a en aura beaucoup et que des très gros jusqu'à onze heures, passé ce delais la mer redevient vide sans plus aucune touches, le passage est passé.

DSC00012

j'entasse les calmars dans un creux derrière moi, nous allons remplir ce trou de véritables monstres, hou là là je vair en baver pour porte tout ça jusqu' à la voiture.

Dans la foulée mon copain va faire sa pêche, rapidement on va sentir le poids des cocos au bout des bras.

DSC00015

Rapidement un autre, ma parole c'est de la folie pourtant c'est le plus petit du lot !!!!!

DSC00017

Arrivé à la maison je m'empresse de mesure et de peser le plus gros des calmars de ce soir. Comme vous avez sûrement entendu de tout sur les tailles et les poids des engins seulement voilà. Il existe deux espèces chez nous et du bord c'est loligo ( le blanc)qui emporte le ponpon.

Je vous le dit tout net, ceux prétendent avoir pris des calmars de plus d'un mètre sont des rigolos et je vais vous expliquer pourquoi. Il y a une étude officielle menée par Ifremer qui à mené pendant plus de dix ans des captures de calmars pour connaître les tailles et les poids des gros sujets. Cette éspèce ne peut pas peser plus de deux kilos à cause d'une anzime dans le système nerveux, un peu comme nous nos gènes ce qui à quelques exceptions donne une norme. Comme il n'y aura jamais d'humains mesurant six mètres ni de daurades pesant 20 kilos. C'est pourtant ce que certains veulent raconter mais regardez ci dessous.

DSC00002

Une balance fiable.

DSC00003

On met un plat dessus et on va régler la tare.

DSC00004

Une fois le remise à zéro faite

DSC00005-copie-1

Voilà le plat mis et la tare est réglée à zéro pour la pesée.

On mesure le calmar juste après les yeux ou au pire au début des tentacules je vous laisse le choix.

DSC00006

DSC00007

Le tube fait 43 et 48 après la boite craniènne, voyons le poids...

DSC00008-copie-1

1796, on est loin des trois kilos, toutes proportions gardées il faudrait que le tube fasse 80 centimètres et ça...Si c'était le cas le calmar serait plus gros que ceux pris dans le pacifique.

DSC00015-copie-1

Coupés en lamelles assez fines avec de l'ail et un peu de fenouil, déglacées puis flambées au cognac, hummmmmmmmmmmmmm

Dans l'article passé on  a raconté ces fameuses histoires Marseillaises qui prétendent avoir croisé des monstres des mers, pas de photos, seuls le récit d'un hurluberlu qui ment un peu mieux que les autres, le pire c'est qu'il ya toujours des couillons pour s'assouvir à ces fâbles et dans le monde du calmar il y a des menteurs de tout premier ordre...

Bon allé bises les gars on y retourne Mercredi soir.


Commenter cet article

kader 20/11/2013 19:36


oh ca c'est des calmars, je félicite toute l'équipe pour cette peche formidable bravo

pat (pecheur des calanques) 19/11/2013 18:27


salut mon poto !!!! tres joli sortie aux calamars !!!! je te confirme ils sont la !!!!! a tres bientot ( pour une sortie ensemble peut etre ) biz.

LOUANCHI 18/11/2013 09:23




HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

lien vers http://www.dailymotion.com/vid [...] e-vie_news
En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des
arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A
l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques
minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul
aujourd'hui se décide à parler.
35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte.
Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.
Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma
vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au
téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)
Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

Roro 17/11/2013 19:03


La saison des gros calmars a enfin commencée, dommage que la météo ne joue pas en notre faveur cette semaine mais j'espère que la semaine prochaine je pourrai prendre quelques copains avec moi
pour qu'ils puissent aussi partager le festin.


Avec deux calmars j'ai fait manger ma petite famille et je suis réservé une partie pour faire sauter à la poëlle avec de l'ail pour l'apéro, Pffffffff, y'a pas de mot. Si ça c'est pas une pêche
rentrable car mis à part les trois crevettes pour prendre les bogues et l'essence pour venir cela m'a coûté zéro, le reste est pour Noël.


Bises les gars.

zakari 17/11/2013 17:36


waw de retour mon pote les gros mostre waw bravo les ga tré beaux calamero prepar toi jarive bien tot bise les ami


 

alainpaddy 17/11/2013 16:59


J'espère que tu ne t'aies pas senti viser avec ces histoires de Marseille !! au point de faire les photos de la balance ?? 


 


tu n'as pas trafiqué la tare j'espère !! MDR !! bon fini les salades !! Bravo pour cette pêche de spécialiste ! en plus tu donnes faim avec tes recettes que tu flambes !! Bises 

ange 17/11/2013 16:23


ben jouga,enfin des gros obus,pour ma part mon compteur est toujours à zéro mais je ne despere pas et puis entre nous
pour le poid et la taille exagérée ou non,ça fait partie du folklore marseillais et sans  les galégeades la peche serai un peu triste,faut pas  leur en vouloir il se font plaisir et
nous ça nous fait marrer,moi mon plus gros il faisait,4kg et il portait des lunettes,malgrés ses gros yeux il etait myope.....bise

Articles récents

Hébergé par Overblog