Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par Roland & David
Publié dans : #Poissons

Par david.


Vu que l'eau n'est pas encore bien froide, que les calmars ne se pêchent pas encore à la pelle, notre ami David est de retour sur le frioul...
Il est possible même par cette saison de prendre encore beaucoup de sars, peut être des dorades et sûrement quelques pagres et des dentis. De toute façon n'importe qu'elle excuse est bonne pour se retrouver au frioul. La folie de pêcher qui nous tiens nous fait faire tous les excès car il faut prévoir sa pêche en matériel, charger un sac à bloc de chez à bloc, quitter Aubagne pour affronter les pires embouteillages, Prendre une navette pas bon marché, rester toute une nuit entière sur un poste sans savoir si les conditions météo vont être à la hauteur, se fendre des prix des appâts...Mais tous le reste est à la hauteur. La nature se pare de ses plus belles couleurs de Novembre, les romarins sont tous en fleurs mais n'ont pas exactement les mêmes teintes, pour ce soir la mer l'accueille comme il se doit lui offrant un miroir comme comme piste vers le large, que d'images qui reviennent...



Sont matériel bien affûté et sa dextérité naturelle ne va pas tarder à faire des étincelles sous l'eau. Immédiatement il y a du monde qui vient batailler sur ses hameçons et comme promis dans " ce monde à part" les beaux sars s'enchaînent sans relâche et les très nombreux petits relachés. Quelques trous suffisent à débusquer un beau sparidé affamé ne laissant pas sa place mais soudain...Il y a un zodiac qui patrouille pas loin avec deux plongeurs dessus c'est immédiatement les "howww" les haaaa !!!" Finalement un des deux plongeurs indique qu'il y a des dorades de partout sous le bateau et qu'ils viennent d'en prendre de très très belles au harpon. Voilà un renseignement de tout premier ordre que notre ami va s'empresser d'exploiter, du coup ces deux visiteurs sont nettement plus sympa et ils ne vont pas rester d'ailleurs.


La nuit tombe et par passages successifs les poissons s'empilent dans la glacière, toute sa joie réside dans ce genre d'aventure, être au bout du monde sans personne, rêver de la prise record car ici c'est à tout instant que cela peut arriver. Avec la petite aventure du Vendredi soir je comprends mieux combien nos lecteurs nous perçoivent, la plupart nous imaginent sans doute comme une bande de fous furieux prêts à tout pour pêcher. Il y a quelques années déjà, un jour nous avons pris le bateau, nous avons galeré comme des malades pour trouver un bon poste et depuis cela nous semble naturel. Nous avons osé des choses pas communes comme une grosse sortie de nuit au bout du monde avec une heure de marche au matin, des appâts plus gros et vous découvrirez sûrement qu'il n'y a rien d'extraordinaire dans tout cela dès que vous l'aurez tenté...



Le matin c'est le même scénario, le jour est là bien trop vite, les nouvelles senteurs mêlées à la rosée du matin s'expriment, les premiers rayons du soleil forment comme une boule derrière les montagnes qui vont être le signal du départ. Un regard sur le chemin a refaire en sens inverse lourdement chargé, les yeux un peu au fond du trou, tout est rangé du mieux possible, les restes de cette grande nuit sont ramassés pour la prochaine fois.

 Nous voudrions dire aussi à ceux qui étaient juste avant David que si ils veulent reprendre leurs boite coubliées c'est trop tard, David les a enlévées...


Nous ne pouvons pas perdre de mémoire que toutes ces récits sont un peu notre histoire que nous écrivons, nous savons très bien que tout ça ne tient qu' a un fil. Un maladie soudaine, l'age qui comence à se faire sentir, l'interditction de pratiquer si  ces endroits deviennent sales, la vrai raison c'est que nous en profitons tant que tout ça est encore possible.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog