Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

Mis à part quelques calmars pris la semaine dernière il faut bien dire que le poisson est assez éparpillé par chez nous. Nous avons de bons échos du côté du Var où il y a des daurades qui se prennent et qui dépassent tout les rêves du simple pêcheur. Malheureusement ces poissons ne sont pas accessibles à tous, d'un point de vue purement matériel bien sûr. Les poissons Varois ont une fâcheuse tendance à se tenir régulièrement à plus de cent mètres du bord le nuit et là il nous faut du matos sinon c'est le bredouille assuré.  Je suis surpris des diamètres de fil employés quand les copains partent en cortège vers ces plages car pour moi, pêcher avec du 22 centièmes relève du délire, mais au final avec une bonne explication, un bon arraché en 35 couplé avec un bon moulinet dont la bobine est conique et une canne adaptée, permet de réussir des distances inconnue au bataillon. C'est une différence fondamentale des postes que je choisi, le pire c'est que je suis souvent à la peine quand nous décidons d'aller à port Grimaud ou à Cogolin pour une simple raison, je n'ai pas la technique adéquate ni le matos. Le seul du groupe à pouvoir toucher facilement de telles distances c'est Greg qui s'est sournoisement rangé dans le camps Trabucco de la canne trois brins au moulinet shimano, des arrachés ultra-fins qui se dévident comme par magie sans réel gros efforts. Moi j'ai beau appuyer comme un malade sur le talon de mes cannes à faire hurler le scion en fendant l'air, mes ensembles sont tournés radicalement vers la roche et je ne peut pas faire plus que 70 ou 80 mètres, c'est bien, mais insuffisant pour ces postes.

DSC05434

En entrant dans le monde le pêche on s'apperçoit vite fait qu'il y a des genres de pêcheurs, tout le monde ne peut pas employer les mêmes techniques car selon la nature des fonds elle peut varier du tout au tout.

Nos calanques justement, elles entrent en sommeil hivernal, nous avons fait le relais de postes en postes de calellongue jusqu'après Podesta, de sormiou à Morgiou pour arriver à conclusion évidente, le poisson n'y est plus aussi présent. C'est normal il a vécu ici tout l'été mais les courants forts, le vent frais, le pluie abondante et le refroidissement des eaux font qu' à un moment ou à un autre le poisson quitte son lieu de vacances. Nous avons mis des cordelles à nos postes à marbrés sans en prendre, les gros beaux yeux ont aussi disparus, il ne reste que peu de blanquettes de deux cent grammes qui bousillent un gros bibi rapidement et qui ne mord pas au petits appâts.

DSC05440

Pourtant on va s'y accrocher un peu car Marco à fait un passage chez nous et il n'est pas exactement le candidat au longues plages de sable, il est résolument attiré par l'effort, le mystère des eaux et le calme très relatif de la dentelle des roches Marseillaises. En fait, si je pouvais je pense que je resterais quelques jours en sa compagnie sur le même poste dans les calanques pour voir si à un moment donné il était possible de comprendre quelque chose. 

DSC05776

Pour ouvrir le bal nous allons traîner vers le cap Sicié, voilà une épreuve qui ne pas tarder à nous mettre dans l'ambiance car ce coin est réputé pour être dangereux voire mortel. Au premier abord le chemin est assez large mais il se réduit considérablement au fil des buissons jusqu'à devenir symbolique ne laissant que la place d'un pied, le profond vide vous impose rapidement le respect. Effectivement nous sommes beaucoup trop chargés pour cette aventure, imaginez marcher sur un sentier de trente centimètres dans les éboulis, un vide d'au moins cent mètres sur votre gauche et pour enfoncer le clou il faut parfois rebrousser chemin pour contourner un éboulement de dernière minute. Mais à force on fini par arriver lessivé sur un plateau qui surplombe le cap, les deux cent marches étroites et très encombrées par les éboulis qui descendent presque à la verticale et qui donnent accès au petit quai ne m'inspirent pas des masses mais bon... Nous nous lançons dans l'inconnu le moins absurde qu'il nous apparaît au premier abord car nous avons fait le tour du massif et tout n'est que falaises battues à mort par les vagues puissantes de ce soir, le vent qui avoisine l'insupportable fini de nous décider. Inutile de jouer avec la mort inutilement nous irons échouer sur ce petit plateau que nous investirons de nuit, gulp.

DSC04247

Subitement au cours de la soirée je m'aperçoit qu'il y a deux lumières frontales qui descendent les interminables marches qui nous surplombent, forcement il ya deux mecs dessous. Rapidement les saluts s'engagent...Ils nous demandent si on vient pêcher ici de temps en temps, d'où on est, avec quoi on pêche et tout et tout... Le gars nous met immédiatement à l'aise et nous annonce que dans ce coin c'est le paradis des congres et des murènes et que mis à part ça y' a rien du tout. Il nous propose de nous conduire de l'autre côté de la falaise quand ils auront fait le plein de crabes et d'arapèdes (?)car c'est là que les sars se tiennent, mais il nous faudra avant replier toutes les affaires et remonter ce couloir de la mort à la verticale. Nous retrouvons les deux gars un peu plus loin qui nous accueille simplement au bord de la falaise qui s'écoule à pic dans la mer en furie. "Ali" commence une descente en limite du vide, là où la moindre erreur se paye cash. Marco et moi sommes aux limites du possible, nos pas sont lents et calculés pendant que nos deux "cabris" pourtant d'un certain âge ouvrent (de nuit) un chemin qui n'existe pas du tout, séquence humilité. Nous progressons la peur au ventre pendant que notre guide trace machinalement l'histoire de sa vie et de sa connaissance ultime de ces lieux mortels. Rapidement ils nous explique les rudiments de cette pêche de l'extrême où le plomb n'a pas de place, pas d'éclairage de l'eau, pas de faux pas, nous voilà sur un pic rocheux en hauteur battu par une houle démoniaque qui se fracasse contre des roches taillées en rasoir...Eux vont aller un peu plus loin sur un autre promontoire rocheux qui n'est accessible qu'une fois que la vague s'est retiré par un goulet étroit...

DSC04252

Par politesse nous allons rester deux bonnes heures à essayer de trouver une solution à notre nouveau problème car il faut bien le dire, quand tu connais un poste, tu as certaines habitudes qui te font penser à un certain type de matos, nous avons tous des mécanismes qui impriment notre façon de faire, mais là c'est l'aventure de trop. Nous ne sommes pas sûr de pouvoir remonter cette falaise sans tomber, la marche du retour est absolument épouvantable dans des éboulis tout prêts à courir vers la mer et c'est vers cinq heures que nous prendrons notre courage à deux mains pour entamer le retour de nuit. Nos deux compères sont visibles quand ils prennent un poisson, une lumière frontale de faible éclairage s'allume, tu aperçois un beau sar qui remonte dans le faisceau, là y'a pas de salabre ou de confort ou d'accessoires de pédé, le poissons se remonte en force peut importe le poids.

DSC05777

Nous quitterons à grand regrets de nuit ce nouveau coin qui nous a tout simplement fait vivre une grande aventure, nous avons pris les marques de tout ce qui nous reste à comprendre sur la pêche et soudain une facette de notre propre être vient de s'illuminer. Pourtant nous n'avons pas pris beaucoup de poissons dans cette mer dévastatrice mais je sent un potentiel hors du commun qui n'est pas ouvert aux frileux.

La suite de nos pêches est un peu ordinaire, nos cannes à pêche n'ont pas trouvé de quoi se régaler, les éléments pourtant favorables ne nous ont pas portés chance. Les quelques blanquettes ont un goût de trop peu, les sars sont monstrueusement trop petits, la marche dérisoire même au plus loin ne nous satisfait plus, merde, cette aventure a laissé des traces dans nos esprits...D'ailleurs Max et moi nous sommes allé aux calmars Mardi soir, j'ai eu un peu de mal à entrer dans la pêche, je suis resté là comme un con avec mes cannes et mes leurres dans un contexte qui est encore plus dérisoire face à cette belle aventure passée pleine de vie.

Commenter cet article

angelina 24/10/2012 14:02


Vous avez un très beau blog que je viens de découvrir, je ne suis pas une "pêcheuse" mais on m'a parlé  de votre sens artisitique et de vos articles. Vous utilisez quelle version de OB?


Je vous adresse tout mes remerciements.

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 24/10/2012 16:32



Tout d'abord nous vous remercions pour tout l'interêt que vous portez à silverpeche.com


Notre travail est long et assez fastidieux pour que notre blog ne ressemble pas à une vitrine du paraître, nos articles sont dans le flot de la vie de tous les jours avec ses joies et ses peines.
Nous n'avons pas migré vers la nouvelle version que nous jugeons dérisoire, j'éspère que nous sront pas obligés de prendre la version béta d'ici peu...


 



Robin 22/10/2012 09:43


Dans nos chères calanques il faut être multicarte: pêcheur, équilibriste, endurant, respectueux, émerveillé, prudent, bien couvert...


Deux pieds ne suffisent pas d'ailleurs, vu qu'il faut avoir le pied sûr, le pied marin, et le pied randonneur :))


Moi j'ai dit au revoir aux calanques jeudi dernier, qui m'ont remercié avec une belle dorade, j'y reviendrais l'année prochaine, j'ai d'ailleurs l'impression de me mettre moi aussi un peu en
sommeil...

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 23/10/2012 09:52



Tu reviens l'année prochaine ? Wouhaouuuuu ça va être bouillant pour toi jusque là !!!!! courage !!!!!


Roro.



BRUNO 21/10/2012 22:31


Bonsoir Roro.


Suite a notre conversation telephonique je comprend mieux ton dernier article tres dangereux....


A bientot eet passe le bjs au sanglier de ma part....


Bruno

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 23/10/2012 09:39



Merci bruno on se voit bientôt...



MITHOU 19/10/2012 13:50


peut on pecher encore a cassis auX  roches blanches ou alentours????

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 19/10/2012 20:17



A mon avis on peut pêcher de partout le parc des calanques c'est une vaste rigolade...



Bert 18/10/2012 18:44


C'est vrai qu'avec Marco vous etes vraiment des tarés , faut en vouloir pour aller ou vous allez , je voulais te dire que ça me fout toujours les glandes de voir les cannes a meme le sol , ça
m'etonne pas que tu changes de matos souvent , aussi je te confirme que pour envoyer loin le moulinet est  tres important , dans ce domaine les Shimano sont imbattables , avec l'enroulement
croisé tu gagnes incroyablement en distance et en plus tu abimes beaucoup moins vite le fil , je conseille vivement le modele Navy 8000 , ça fait 2 ans que je les ai et franchement a ce prix
aucun autre n'est aussi performant et robuste .


@+++ bises.

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 19/10/2012 09:28



Mes cannes sont toutes là où je les posent et je ne trimbale pas au fin fond du monde avec des trépieds qui de toute façon ne sont du tout adaptés à la roche. IL faudra que j'investisse un peu
dans des moulinets différents pour voir si plus loin le poissons s'y tient....


Bises Bert.



marco 18/10/2012 15:47


Salut Ro, depuis cette pêche je pense qu'à y retourner. J'ai déjà imaginé des milliers de stratagème et je crois que je vais m'initier à la pelote. 9a s'y prêt trop.Par contre, il faut juste que
j'aille chez le notaire avant pour écrire mon testament car je sais pas encore comment on va faire pour redescendre cette falaise!


J'en ai pas parlé à ma femme car sinon je crois que j'ai plus le droit d'y aller!


Franchement, respect à ces deux mecs qui nous ont donné une bonne leçon d'humilité que ce soit au niveau pêche ou sportif. Et en plus ils  n'ont pas été avare en conseil! ça change des
pêcheurs qui viennent te brancher uniquement pour te parler de la dorade qui ont prises ou des cartons qui ont faits


 


A plus mon poulet je suis là dans une grosse semaine en espérant du vent à gogo!

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 19/10/2012 09:29



 Je suis de congés lors de ta venue, et tu as oublié ta frontale dans ma voiture !!!!!


Bizzz Marco.



alainpaddy 18/10/2012 09:54


On croit être les plus fous de pêche !! et l'on se rend compte qu'il y a plus fous encore !! 


J'ai cru comprendre que l'on ne tardera pas à connaitre de nouvelles aventures !! 


Dans l'attente des futurs récits etdes photos qui vont avec !!

RORO, GREG, MARCO, GEGE. 18/10/2012 11:42



Oui en photos on est un peu léger mais on va se rattraper. En effet nous avons trouvé deux gars encore plus fous que nous que nous rencontrerons encore sur place je pense, mais cette fois avec le
matos et une idée claire de la pêche à pratiquer sur place.


Bises Pad.



Articles récents

Hébergé par Overblog