Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SILVERPECHE.com

SILVERPECHE.com

LE BLOG DES SAISONS

Publié le par RORO, GREG, MARCO, GEGE.
Publié dans : #Poissons

In extremis !!!!erreur d'imageroro et robert

J'ai bien cru que notre pêche de Vendredi soir allait se transformer en eau de boudin car la météo annoncée quelques jours avant prévoyait de la pluie et du vent de Sud. Heureusement de temps en temps la providence nous fait un peu la révérence et ouvre une petite fenêtre d'acalmie entre deux jours pourris ce qui nous permet de nous rendre au bord de l'eau en toute hâte. Ce n'est pas pour ça que cela signifie que tout est calme dans nos discutions car il y a tellement à dire sur l'environnement que quelques heures ne suffisent pas pour tout déballer. Comme vous l'avez sûrement lu dans nos lignes, nous n'avons pas été avare en questions sur le parc des calanques, nos craintes ont été grandes et la peur de voir nos coins fermés a souvent hanté nos esprits bouillants. En réalité pour nos pêches cela ne change presque rien à nos plans pour l'instant, seule la pointe Cacau se ferme à nos transumances hivernales, de toute façon ça ne fait rien car il n'y a presque plus de calmars dans ce coin. Par contre ce qui a changé c'est la façon de percevoir une partie de pêche, nous avons été tous tellement mis à rude épreuve sur  nos certitudes qu'au final on se demande ce que l'on sait au juste. Bon tu vas me dire qu'il y a la météo qui est particulièrement favorable, tu as raison mais je ne sait pas si cela fait tout.

Je te raconte tout ça car nous allons tous rentrer dans une sorte de saison creuse défavorable à la pêche, tu me dira aussi que normalement on ne fait pas beaucoup de poissons record en Janvier (sauf les sars), bref, tout est un peu chamboulé. La preuve c'est que les calamars se sont cachés dans les ports comme en fin de saison alors qu'ils devraient être en mer à se goinfrer, les daurades sont encore très présentes alors qu'elles devraient être en haute mer et les loups chassent peu alors qu'ils devraient bouffer n'importe quoi. Malgré la saisons qui joue les prolongations il ne suffit pas d'aller n"importe où pour faire un bonne pêche, il faut encore trouver le coin, le bon appât "et" la bonne façon de pêcher je vais t'expliquer ce qui nous est arrivé.

Sans le savoir la plupart de mes copains ont fait bonne pêche grâce à la providence et à l'instinct aussi, ils ont eu la présence d'esprit de prendre "le" ver vraiment miracle car il faut bien dire que le bibi c'est un achat pour rien. Le ver de rimini ne marche sans doute pas toute l'année, il peut paraître cher à l'achat, il est difficle à placer correctement sur l'hameçon mais... Manifestement il attire tous les poissons de la création, bien saucisonné et coupé court il a une tenue formidable sur la ligne et il convient à toute les mers agitées ou calmes. La preuve en a été faite par Jean-Marc qui s'est rendu dans le Var avec des bibis et du rimini alors qu'il ne jure que par le bibi. Orlando a bien insisté et lui a donné un morceau pour essayer. Nous on connaît toute l'attractivité de ce ver aux mille facettes, il marche tellement bien et il est capable de déboucher des situations si complexes que je ne sait comment nous ferons quand il va en manquer. Jean-Marc n'y croit pas un brin, il a déjà essayé ce ver, mais sans savoir comment on le met sur l'hameçon il avait abandonné. Avec nos conseils, il a saisi l'occasion, voyez plutôt !

le-17-01-2014 0134

Il est pas beau notre JM ?



Pour Robert et moi tout est plus simple, nous avons envie de sortir et de tremper les lignes, il a fait mauvais toute la semaine et dans mon fort intérieur je prévoie une soirée discution plutôt que pêche. Avec ma nouvelle frontale le chemin est plus facile à emprunter, on arrive à voir de loin et les pièges des dédales entre les buissons épineux ne sont plus qu'un mauvais souvenir, le flan de la montagne s'éclaire comme par magie et Robert qui me suit n'a plus besoin de sa lampe pour y voir. J'ai toujours le sourire aux lèvres quand je marche dans ces calanques, j'aime le tintement du granit pur sous mes lourdes chaussures de marche, le bruissement des arbustes contre ma veste d"hiver dans un couloir épineux, j'aime entendre la mer qui bat en fond de musique et la pénombre qui nous rend invisible quelques heures... La mer explose contre les roches dans un fracas assourdissant, l'écume blanche éclairée par la lune pleine monte jusque dans le ciel étoilé pour retomber en douceur et créer une frange blanche sur plusieurs dizaines de mètres. Dans ces conditions je ne voit pas comment nous allons arriver à faire du poisson, nos postes habituels sont sous la mer par intermitance et nous devrons nous mettre assez haut, surtout que nous n'avons presque rien comme appâts vu que nous sommes parti d'Aubagne très tard.

Nos lignes sont tendues, à peine de temps de rouler une clope que la première canne de Robert parle, l'écureuil monte en deux temps, il se colle et le frein tourne une fois et dans la foulée une deuxième fois plus de dix segondes très rapidement. Cela fait un quart d'heure que nous sommes ici et déjà il y a des touches, en plus, si les freins commencent à tourner cela promet une belle soirée. Au ferrage c'est manqué, le poisson n'a même pas écorché le mouron, bizarre vu la touche on s'attends plutôt à voir un ver destroy bon, va comprendre. Malgré la mer démontée on ne s'embrouille pas trop les bas de lignes, nous arrivons à garder des diamètres raisonnables, mais pour être sûr nous remontons toute les demi heures, mais ce qui n'est pas super bien c'est un vent d'Est en plein travers qui nous empêche de tendre les fils. Moi je suis persuadé que les sars grouillent sous nos pieds vu le bordel que fait la mer, je vais aller traquer la bestiole au toc juste pour voir si j'ai raison. De toute façon j'ai calé deux lignes au fond qui sont anémique je peut en sacrifier une pour aller farfouiller entre les roches... Mais malgré tout, sous une apparence frêle ce genre de montage simpliste est capable de faire des étincelles sous les eaux, selon les lieux comme au Frioul c'est même avec ce montage que j'ai sauvé des dizaines de fois ma sortie de pêche. Les sars qui vadrouillent à la poursuite d'un crabe qui s'est décroché de son cailloux, un ver qui s'est laissé emporté par une vague, une crevette malchanceuse, voilà ce que recherche le poisson chasseur contre le bord et je vais essayer de reproduire ce phénomène naturel au mieux. Bon, j'ai pas dit que ça marchais toujours car même au bout de longues minutes je ne trouve pas de poisson, mais j'ai encore de la ressource dans ma technique, vu que cela ne marche pas avec cinq grammes je vais mettre moins pour que l'appât soit encore plus libre. Vous savez au fond il faut peu de choses pour que la pêche fonctionne, il ne suffit pas de placer des appâts sous l'eau et attendre, il faut souvent remonter changer bouger observer pour qu'un d'un coup tout se mette en place. Avec si peu de poids sur la ligne et avec autant de vent il n'est raisonnable de garder en main, je place la canne à l'horizontale tout près des vagues et je laisse naviguer dans le fort courant de surface, je met un écureuil léger et je me prépare à bondir au cas où...

Les touches sont assez espacées malgré une houle fantastique, nous avons tout le temps de parler de nos projets, de la vie, de nos ennuis ou de nos joies et de la pêche aussi. Les écureuils montent sous la pression des vagues puis retombent lentement jusqu'au moment où, l'écureuil extra léger de la canne au toc ne retombe pas, il reste suspendu en l'air quelques segondes puis se colle avec violence contre la canne, le frein du moulinet se dévide à toute allure dans un cliquetti métalique très réjouissant. Je bondit comme une gazelle vers ma canne me jouant des failles profondes, le hic c'est que la tirée n'est pas celle d'un sar car c'est beaucoup trop mou, la pression est forte mais beaucoup linéaire, voyons voir. Je ferre et je rentre immédiatement en contact avec le poisson, il tire et se joue dans le courant, il monte en travers et part sur la droite, là c'est sûr c'est pas un sar. Bon, un Pagre de ce poids m'aurait sûrement déjà cassé la canne en deux, un denti je n'aurait plus de fils dans le moulinet et un gros pageot envoie beaucoup plus que cela. Enfin au bout de longues minutes de précautions la bestiole arrive, tient, je n'avais pas pensé à un loup, manifestement il n'a pas envie de rentrer dans les mailles du salabre et Robert et moi nous devons jouer un peu avec les vagues pour lui imposer notre loi. Il est super bien planté, là il n'y aucun risque qu'il se décroche car sa lèvre est percée de part en part, il n'est pas trop petit, il n'est pas trop gros, juste exactement ce que je cherche pour ma femme et moi demain midi. 

DSC00002

Curieusement au bout d'un moment la mer se calme un peu mais laisse place à une houle de fond, les montages sont complètement embrouillés autour du plomb ce qui nous oblige à changer de stratégie. Je passe en empile fixe au risque de ne plus rien prendre mais au moins cela à un gros avantage sur le coulissant, c'est je peut bombarder très loin mon appât. Finalement la pêche va tourner court car en plus de la houle nous commençons à remonter des algues qui sont transportées par le courant, voilà une situation qui va nous décider à plier et à partir, inutile de rester à enlever des paquets d'algues sur le plomb pour rien. Mine de rien le retour est plus complexe que l'aller, oui on est un peu crevé et cela joue forcement dans les guiboles, de plus le chemin n'est pas exactement du vrai chemin, c'est une sorte de longue descente à l'aller et un sorte de longue montée au retour dans la pierre et les éboulis, oui je sais, cela ressemble un peu à de la torture mais souvent c'est prix à payer pour être partiellement tranquille. Nous ne faisons pas de grosses pêches mais nous en faisons nos poissons toute l'année, quand la plupart des coins sont vides au mois de Mars, pour nous ils y a toujours quelques prises à se mettre sous la dent. Malheureusement il faut beaucoup de choses pour se rendre dans les profondes calanques la nuit, il ne faut pas oublier la tenue de pluie, de quoi se soigner en cas de coupure, des piles de rechange, de quoi boire, de quoi se restaurer. Tout ça pèse lourd dans le sac et la moindre négligeance peut s'avèrer très délicate car il n'est pas possible de retrouner à la voiture rapidement, les téléphones ne captent aucun réseau et je vous laisse deviner comment peut se finir une blessure dans des coins qui ne sont jamais fréquentés même l'été.

Voilà on est pendu à la météo de cette semaine, dès qu'une petite ouverture se présente on fonce au bord de l'eau et surtout, on vous tient au courant...

DSC00004 

Commenter cet article

roro 23/01/2014 12:09


Pas grave mon Renaud, d'ici quelques mois il n'y aura que ceux qui se seront inscrit qui pourrons voir le blog.


Bizzzzz

renaud 22/01/2014 10:08


Yeahhhh !!! Comme une gazelle sur les rochers !


Je savais pas qu'il y avait une technique spéciale pour escher le rimini ... (je ne l'utilise pas) je pensais que c'était juste un gros chalut ....


Peche aprés peche, article aprés article je constate que les prises sont régulières et les tailles des poissons respectables. Bravo !!!


PS: ou sont passés les lecteurs qui laissaient des com avant ? Ils n'en laissent plus ............ ? Bisard ......


 


 

Roro 20/01/2014 14:41


JM ne souhaite montrer que sa dodo de 2.7 kg mais pas les autres qui tournent autour du kilo et demi, dommage ça aurait fait du bien à l'oeil et prouve que le poisson est présent partout. Pour ma
part j'ai pris mon petit loup un peu au hasard des choses en pêchant le sar, je l'ai cuisiné le midi, une bouteille de rosé glacé, un demi verre de Paddy à l'apéro. Nous arrivons encore  à
faire quelques belles pêches car la météo est bonne et la mer est souvent agitée, mais dès les premiers froids par belle mer...aïe aïe on risque de parler matoqs plutôt que poissons....


Bises Mon Pad



alainpaddy 20/01/2014 14:32


C R toujours top !! merci et bravo !


Il est fier le J M avec sa très belle Dodo !! elle a dû lui plier la canne !! elle va faire la une sur mon blog ! 


Vous vous en tirez pas si mal , il était bon ce loup ? 

Articles récents

Hébergé par Overblog